UBS dépasse de loin les prévisions des analystes

ComptesLes résultats de la première banque helvétique ont d’abord suscité un vif enthousiasme à la Bourse.

Sergio Ermotti, directeur général d'UBS

Sergio Ermotti, directeur général d'UBS Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès les premiers échanges, vendredi matin à la Bourse suisse, l’action UBS séduisait. Au cours de la seule première demi-heure de séance, le titre de la première banque helvétique gagnait 3,3%, à 13,73 francs, caracolant ainsi en tête de l’indice SMI. A la clôture, sa valeur n’a toutefois progressé que de 0,45% par rapport à la veille.

Le leader mondial de la gestion de fortune a il est vrai réussi un bénéfice net de 1,03 milliard de francs au deuxième trimestre. Une performance dépassant de loin le consensus des analystes financiers, en dépit d’une baisse de 14% sur un an. Mais comment résister au charme d’un excédent en hausse de 46% par rapport à celui des trois premiers mois de l’année?

Le bénéfice avant impôts a fléchi de 15% en rythme annuel, à 1,49 milliard de francs, tout en progressant de 52% par rapport au 1er trimestre. Les produits d’exploitation ont diminué de 5% sur un an, à 7,4 milliards de francs.

«Nous avons atteint ce résultat solide en aidant nos clients à garder le cap dans des conditions de marché continuellement difficiles. Nous sommes en outre restés rigoureux face aux risques, tout en réduisant encore les coûts», indique le directeur général, Sergio Ermotti.

Le Tessinois a en plus insisté sur la forte capitalisation de son établissement, fonctionnant avec «un modèle d’affaires bien diversifié». Sa division de gestion de fortune a elle-même enregistré 6 milliards de francs de flux net d’argent frais, «tout en demeurant orientée sur une rentabilité durable».

A propos de la provenance de ces fonds abondants, UBS évoque la zone Asie-Pacifique et la Suisse. Ils sont «partiellement contrebalancés par des sorties transfrontalières dans les marchés émergents et en Europe».

Le leader de la place financière suisse se montre cependant prudent pour la suite de l’exercice.

Créé: 29.07.2016, 21h10

Articles en relation

Les critiques de Sergio Ermotti passent mal à Berne

UBS Le CEO d’UBS a lancé une lourde charge contre le Conseil fédéral et contre l’entraide fiscale suisse. Les élus n’ont pas apprécié. Plus...

Crédits: UBS met en garde les entreprises helvétiques

Conjoncture Sergio Ermotti évoque une possible hausse des taux d’intérêt pour les sociétés. Plus...

Le patron d'UBS met en garde le patronat

Avertissement Sergio Ermotti évoque une possible hausse des taux d’intérêt sur les crédits pour les entreprises. Blaise Matthey craint le pire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.