UBS risque un procès pour harcèlement

FranceUn juge d’instruction retient les accusations de deux ex-collaborateurs de la filiale hexagonale de la première banque helvétique. Enorme assaut médiatique à prévoir!

UBS risque de subir à nouveau un véritable supplice médiatique chez nos voisins.

UBS risque de subir à nouveau un véritable supplice médiatique chez nos voisins. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un juge d’instruction a retenu les accusations de deux ex-collaborateurs de la banque UBS France, comme l’a confirmé un collaborateur de l’établissement mercredi à l’AFP. La filiale hexagonale de la première banque helvétique devrait donc comparaître devant le tribunal correctionnel pour harcèlement moral de deux lanceurs d'alerte. Ceux-ci se trouvent à l'origine des informations sur la fraude fiscale massive dont elle est accusée.

Nicolas Forissier, ancien responsable de l'audit interne d'UBS France, et Stéphanie Gibaud, chargée du marketing événementiel, avaient contribué à dénoncer des pratiques de la banque. Celles-ci ont abouti à diverses actions judiciaires contre la maison mère UBS AG. Celle-ci est notamment soupçonnée de «démarchage bancaire illégal» et de «blanchiment aggravé de fraude fiscale».

Embauchée en 1999, les missions de Stéphanie Gibaud auraient été limitées à «des tâches subalternes administratives» neuf ans plus tard, peu après ses premières révélations, selon l’ordonnance rendue le 28 août par le juge d’instruction. Elle a été licenciée en 2012 pour raison économique. Nicolas Forissier a pour sa part subi une baisse significative de son bonus versé au titre de l’exercice 2008. Un an plus tard il a été licencié pour faute grave.

Supplice médiatique

Ces deux nouvelles procédures prennent un poids tout particulier, puisque le leader mondial de la gestion de fortune est déjà accusé d'avoir démarché illicitement des clients en France et mis en place une série de dispositifs pour qu'ils dissimulent des revenus au fisc français. Ces fraudes porteraient sur des montants proches de 10 milliards d'euros (11,5 milliards de francs). Ces faits se seraient produits entre 2004 et 2012, selon la justice.

Dans ce contexte, UBS subit un véritable supplice médiatique depuis près de deux ans chez nos voisins. Tout a commencé en force en janvier 2016 lorsque l’hebdomadaire Le Point! a révélé l’énorme succès du Ministère des finances. Celui-ci avait démasqué des opérations d’évasion fiscale datant de 2008 et portant en tout sur 12 milliards d’euros. Notre confrère précisait que ce magot était réparti sur 38 000 comptes d’UBS.

Juste après la publication de ces informations, le président du directoire d’UBS France, Jean-Frédéric de Leusse, démentait catégoriquement les faits reprochés à son établissement: «Depuis 2014, il n’y a plus de comptes irréguliers chez UBS . Les noms de tous les clients concernés sont donc théoriquement connus du fisc. »

Aide à des citoyens aisés

Les informations de Bercy laissent en outre apparaître des profils de clients très divers. La moitié de ces fortunes dissimulées en Suisse étaient ainsi inférieures à 1000 euros chacune. D’autres contribuables français visés paraissaient nettement mieux lotis: une centaine d’entre eux détenaient ainsi plus d’un milliard d’euros en tout. Et l’un de ces clients d’UBS se serait trouvé à lui seul doté d’un pactole de 60 millions.

Ces informations ont été et continueront d’être répétées à l’envi par divers organes de presse français, suisses et du monde entier. Leur portée est décuplée par les échanges à leur sujet sur les réseaux sociaux. Il paraît donc évident, sur une bonne partie de la planète, que la première banque helvétique et le droit de ce pays ont aidé des citoyens de l’Hexagone, relativement aisés, à ne pas payer leurs impôts.

Créé: 14.09.2017, 10h21

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.