L’UE force la Suisse à se convertir à la finance «verte»

Banques et urgence climatiqueEn plein sommet de la finance durable à Genève, un débat révèle la pression exercée par le Plan d’action européen pour le climat

Investir dans les entreprises automobiles permettrait à celles-ci de développer plus ardemment des moteurs moins polluants, afin de limiter les émissions de CO2.

Investir dans les entreprises automobiles permettrait à celles-ci de développer plus ardemment des moteurs moins polluants, afin de limiter les émissions de CO2. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La place financière genevoise déploie durant toute la semaine une campagne de promotion sans précédent pour se présenter en centre de la finance dite «durable». Et cela pas seulement pour tirer parti de la volonté de sa clientèle – riches particuliers, mais surtout grandes institutions – d’intégrer l’urgence climatique dans ses placements. Ni même en raison de quelconques pressions des autorités en la matière, mais, plus prosaïquement, afin de pouvoir continuer à développer sa clientèle sur le Vieux-Continent.

Parmi la trentaine de rencontres prévues dans toute la ville autour du sommet «Building Bridges» qui se tiendra jeudi, le forum organisé mardi dans l’immeuble de la firme PwC est venu rappeler l’ampleur des bouleversements que va imposer le plan d’action pour le climat de l’Union européenne à toute l’industrie de l’investissement – au même titre que le secteur automobile. En Europe, mais aussi en Suisse.

Plan d’action européen

Poussé par la future présidente de la Commission européenne – élue par un parlement dans lequel les Verts ont fait une percée –, ce plan vise à canaliser quelque 180 milliards d’euros d’investissements annuels pour atteindre des objectifs très ambitieux: réduction de 30% des gaz à effet de serre d’ici à 2030 (par rapport à 1990) afin de participer à la limitation du réchauffement de la planète à 1,5 °C.

La colonne vertébrale de cette mobilisation est appelée «taxonomie», une classification claire de ce qui respecte ces exigences environnementales et sociales. Tout va aller très vite. «Dès la fin de l’année, les négociations vont commencer sur ce que devront dévoiler les investisseurs au sujet de leurs placements. Le texte pourrait être voté à la fin 2021 et entrer en vigueur dès 2022 ou 2023», prévient Élodie Feller, spécialiste de l’alliance onusienne UNEP Finance Initiative à Genève.

Face à une assistance composée de près de 70 responsables de banques, de fonds de pension, de sociétés de gestion d’actifs, mais également d’ONG ou universitaires, Michael Taschner, responsable du conseil en «stratégie réglementaire» chez PwC, rappelle que «17 projets de lois ont été amendés ou en sont à leur version finale» en Europe.

Ces textes commenceront à redéfinir dès mars 2021 l’arsenal de règles imposées ces deux dernières décennies à la finance – de celles dites «MiFID 2.5» à celles «UCITS» en passant par la directive «AIFMD». Avec, à l’horizon, un enfer administratif pour les intermédiaires financiers ou les fonds de pension qui devront, trimestre après trimestre, dévoiler le poids des investissements durables dans des centaines de portefeuilles.

Finance épargnée par Berne

Ces exigences concerneront, par ricochet, les banques suisses. «Ce n’est pas encore obligatoire, mais une société financière ne fournissant pas ces détails aura peu de chances de voir ses produits retenus sur leur plateforme [de distribution] par les grandes banques», évoque Michael Taschner. «La pression vient de nos clients et augmente chaque année», témoigne en écho Jean-Christophe Van Tilborgh, responsable des investissements des Retraites Populaires, dont le siège avait été occupé par des activistes en mars dernier.

Une réalité qui s’impose en dépit de pressions similaires en Suisse. «Le Conseil fédéral s’est fixé des objectifs ambitieux avec la loi sur le CO2, mais le secteur financier a jusque-là été très largement épargné d’une participation à cet effort», remarque la conseillère nationale Adèle Thorens Goumaz. «Face aux pressions venant de toute part, cette attitude est cependant en train de changer, comme le montre le nouveau groupe de travail sur la compétitivité du secteur financier en matière de finance durable», ajoute la parlementaire Verte.

Un groupe de travail et une semaine de mobilisation de la place financière genevoise ne seront pas de trop. Car à Luxembourg comme à Paris, les géants des fonds de placement restent bien décidés à profiter de cette nouvelle donne climatique pour s’imposer en plaque tournante de cette finance «verte».

Créé: 08.10.2019, 21h02

Le WEF et les limites de la croissance

La publication du «Rapport sur la compétitivité mondiale» du World Economic Forum (WEF) résonne cette année de façon dissonante, alors que les appels du mouvement Extinction Rebellion tonnent dans les rues de Londres. Cette évaluation annuelle des «moteurs de la productivité et de la croissance à long terme» fait apparaître Singapour en première position cette année. La ville-État repasse devant les États-Unis, en tête en 2018. La Suisse recule d’une position et se retrouve cinquième du classement. À titre de comparaison, l’Allemagne pointe au septième rang.

Deux semaines après l’appel plein de colère de Greta Thunberg aux dirigeants de la planète, un économiste de la fondation organisant le Forum de Davos – dont la devise est «d’améliorer l’état du monde» – a cependant reconnu lundi à Genève que «la compétitivité, sans prendre en considération les questions environnementales et sociales, ne saurait aujourd’hui suffire». Son interprétation reste néanmoins aux antipodes des appels des activistes à un changement de modèle économique, face au péril d’un bouleversement du climat de la planète. Et elle s’appuie sur une réalité: la moitié de la planète survit avec moins de 5,50 dollars par jour.

«Le récit qui prévaut actuellement appelle à choisir entre un développement durable et de la croissance économique; or, ces deux aspects sont interdépendants, si l’on ne s’arrête pas uniquement au rythme de cette croissance économique mais que l’on prend en compte la qualité de celle-ci», rétorque Saadia Zahidi, membre du comité exécutif du WEF. Le rapport met ainsi en avant le lien entre les notes élevées attribuées à la compétitivité de pays comme la Finlande et le Danemark et leurs efforts déployés en matière de transition écologique.

P.-A.SA.

Articles en relation

La finance durable se veut incontournable

Placement Sommet mondial de l’investissement responsable à Genève. Banquiers, ONG et organisations internationales se rencontrent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.