Le patronat suisse se préoccupe des catégories fragilisées

EmploiL'Union patronale suisse et economiesuisse lancent leur projet «Avenir du marché suisse du travail» pour promouvoir l'emploi des plus de 50 ans, mais aussi des femmes et des jeunes.

Le projet vise à accroître le taux d'activité de plus de 50 ans mais aussi des femmes et des jeunes.

Le projet vise à accroître le taux d'activité de plus de 50 ans mais aussi des femmes et des jeunes. Image: (photo d'illustration)/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Union patronale suisse (UPS) et economiesuisse veulent favoriser l'emploi des seniors, des femmes et des jeunes. Les deux organisations faîtières ont lancé ce mercredi 21 janvier à Berne leur projet «Avenir du marché suisse du travail», qui cible initialement les plus de 50 ans dans le but de conserver les savoir-faire.

Le projet consiste en un engagement de longue durée, dont l'objectif est d'accroître sensiblement le taux d'activité non seulement des personnes de plus de 50 ans mais aussi des femmes, des jeunes et des «personnes atteintes dans leur santé», ont expliqué devant la presse l'UPS et de la Fédération suisse des entreprises (economiesuisse).

L'initiative des milieux patronaux s'inscrit aussi dans le contexte de l'après-votation du 9 février 2014 sur l'immigration de masse. Elle veut donner une piste sur la manière dont il convient d'appliquer la nouvelle norme constitutionnelle, après l'acceptation de l'initiative de l'UDC.

Le modèle global de l'UPS et d'economiesuisse fait appel à l'engagement des entreprises. Il est assorti, conformément à des propos tenus début janvier par le président d'economiesuisse Heinz Karrer, d'une clause de protection à l'égard de l'immigration en provenance d'Europe et de mesures prises par l'Etat.

Depuis la base

En ce qui concerne le projet présenté mercredi, l'idée de mieux exploiter le potentiel des travailleurs indigènes vise à réduire les besoins en personnel étranger qualifié. Et ces besoins demeureront élevés compte tenu de la faible démographie du pays, a déclaré Valentin Vogt, président de l'UPS. «Le défi à relever est à nos portes.»

Le programme «Avenir du marché suisse du travail» s'étendra sur plusieurs années. La première phase s'intéressera aux actifs de plus de 50 ans. Il s'agira de faire bouger les choses en mobilisant directement la base des associations économiques, a expliqué Monika Rühl, directrice d'economiesuisse.

«L'expérience leur a montré que les appels jetés de haut en bas ne déploient que de maigres effets», a-t-elle précisé. Les organisateurs de la conférence de presse avaient aussi convié des représentants de grandes entreprises, publiques ou privées, comme les CFF, Novartis et Migros, pour faire part de leurs pratiques.

Pertes de savoir-faire

Chez Novartis, 65 personnes participent aujourd'hui à un programme donnant la possibilité à des seniors de mettre leur savoir-faire à disposition du géant pharmaceutique bâlois, a relevé Thomas Bösch, chef du personnel de Novartis Suisse. Leur nombre devrait nettement augmenter ces prochaines années.

Les CFF s'attendent pour leur part à des vagues de départ à la retraite dans les années à venir. Le phénomène impliquera une perte sensible de connaissances spécifiques dans le domaine ferroviaire, a noté Markus Jordi, chef du personnel de l'ancienne régie. Celle-ci prévoit d'instituer dès mai des modèles de travail correspondants.

Migros, de son côté, insiste sur la notion de «carrières en arc». Le modèle prévoit une réduction du champ de responsabilité ou du taux d'occupation dans la dernière étape de la vie professionnelle.

Cheffe du personnel du géant orange, Marlène Honegger l'a qualifié de «gagnant-gagnant». Les carrières en arc seront intégrées à l'avenir dans les processus des ressources humaines.

Travail.Suisse salue

Côté syndical, Travail.Suisse a salué dans un communiqué l'engagement des faîtières patronales. «A court terme, l'intention de travailler directement avec les entreprises est certainement la plus prometteuse et cela est d'autant plus urgent au vu des effets de l'appréciation du franc.»

Pour la suite, l'UPS et economiesuisse ont promis de tirer un premier bilan du projet l'automne prochain. A cette occasion, ils présenteront d'autres mesures en faveur des femmes cette fois. (ats/nxp)

Créé: 21.01.2015, 15h43

Articles en relation

Les gros bras de l’USAM énervent le centre droit

Force politique L’association faîtière des PME fait la leçon à EconomieSuisse et donne des notes aux politiciens. Plus...

9 février: economiesuisse a la solution

Immigration Pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse, le président d'economiesuisse, Heinz Karrer, propose d'instaurer une clause de protection. Plus...

Economiesuisse abaisse ses prévisions de croissance

Suisse L'organisation financière s'attend désormais à une hausse du PIB de 1,8% cette année alors que dans ses précédentes prévisions elle tablait sur 2,3%. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.