L’urgence climatique s’invite au Forum de Davos

ManifestationDans la station grisonne, durant la 50e édition du World Economic Forum, l’environnement sera au cœur des nombreux débats.

Tout comme en 2019, Greta Thunberg sera présente cette année au WEF à Davos pour sensibiliser les dirigeants aux enjeux climatiques.

Tout comme en 2019, Greta Thunberg sera présente cette année au WEF à Davos pour sensibiliser les dirigeants aux enjeux climatiques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Greta Thunberg face à Donald Trump. C’est la rencontre que tout le monde espère à Davos. A quelques heures du début de la 50e édition du World Economic Forum (WEF), l’on ignore toujours si la jeune militante aura l’occasion de lancer au président américain le même regard que celui remontant à l’année passée, lorsqu’elle avait tenu son discours au Palais new-yorkais des Nations Unies.

Seule certitude, les deux principales vedettes de cette édition 2020 du WEF défendront leur approche différente des défis climatiques avec d’un côté le déni le plus total et de l’autre le besoin impérieux de tout chambouler. Et sur ce point, malgré les mobilisations survenues en 2019, le bilan reste maigre aux yeux de la jeune Suédoise. «Il n'y a aucun signe d'action. Ça doit changer», a-t-elle clamé vendredi devant quelque 10'000 à 15'000 manifestants.

Investissements durables

Pourtant, ces derniers temps, plusieurs entreprises ont présenté leur plan climatique. Alors que les foudres des défenseurs de la nature s’abattent sur les deux plus grandes banques de Suisse, la société BlackRock aux 7000 milliards d’actifs sous gestion vient d’annoncer à ses clients vouloir drastiquement renforcer ses investissements durables. Invité au WEF, son patron Larry Fink assure que ces pratiques deviendront la norme au sein de BlackRock.

Cette tendance à la finance verte se répand comme une traînée de poudre. Alors que Goldman Sachs déclarait en décembre qu’elle ne financerait plus aucun projet de forages pétroliers dans l'Arctique, Citigroup, Morgan Stanley, Bank of America ou encore JPMorgan Chase promettent d’investir des centaines de milliards de dollars dans des projets d'énergies renouvelables ou de technologies propres.

La Suisse compte également jouer sa part. «J’ai la conviction que l’intégration de la durabilité dans la sélection des investissements est essentielle, et sera le facteur principal de performance», expliquait dans les pages du «Matin Dimanche», Patrick Odier, associé gérant senior de la banque Lombard Odier.

Du côté industriel, au cours de la semaine dernière, c’est Nestlé qui dévoilait son plan d’investissement en faveur de la mise en place d’une filière des plastiques recyclés. En tout, le géant veveysan prévoit de débourser jusqu’à 2 milliards pour réussir cette transition devant être terminée d’ici 2025. «Nous avons la capacité financière et l’envergure nécessaire pour créer un marché pour ce matériau, en assurant un débouché et une rentabilité», expliquait son CEO, Mark Schneider.

Crédibilité en balance

Sans corrélation réelle avec Davos, cette multiplication d’annonces joue indirectement le jeu d’un événement qui cherche tant bien que mal à redorer son blason et cela en se faisant le chantre du climat. Critiqué pour ces centaines de vols privés en jet ou en hélicoptère par édition, le WEF assure désormais décourager ses invités à utiliser ce type de transport ou du moins en compenser les émissions à 100%. Seul bémol, ce programme remonte à 2017, ce qui apparaît non seulement tardif, mais aussi très contraint par une évolution sociétale qui tolère de moins en moins ce type de réunions où puissants et milliardaires sont prêts à débourser 70'000 dollars pour y assister.

Pour Bloomberg, le professeur et auteur du livre «Le changement climatique et l'état-nation» Anatol Lieven relative en plus la portée de ce genre d’événements. Ce dernier doute principalement de la capacité de ces élites à «persuader les gens ordinaires à faire des sacrifices dans la lutte pour limiter le changement climatique» étant donné le décalage existant entre riches et pauvres en termes d’émission de CO2. Les chiffres d’une étude de l’Oxfam l’illustrent bien, puisqu’ils montrent que, sur la planète, les 10% plus riches produisent 60 fois plus de gaz à effet de serre que les 10% plus pauvre.

Les recherches menées par les experts de la Deutsche Bank rappellent également que «le fardeau de la lutte contre le changement climatique pèse de manière disproportionnée sur les pauvres et les classes ouvrières». A Davos, seule Greta aura par ailleurs accès à ces élites. Les autorités suisses confirmaient vendredi que si les manifestations prévues par les défenseurs du climat seraient permises durant le forum, elles ne pourraient par contre pas atteindre la station grisonne ultra-protégée durant tout le WEF.

A noter encore que l’importance du climat dans les discussions peut encore être relativisée puisque seulement un cinquième de la manifestation sera consacrée à cette problématique selon Bloomberg. En comparaison, en 2010 où la manifestation se souciait alors essentiellement de la reprise économique suite aux graves crises de 2008 et 2009, l’environnement concernait déjà 13% des sessions.

Créé: 19.01.2020, 14h25

Articles en relation

Donald Trump prendra-t-il Davos d’assaut à bord de «La Bête»?

Le Matin Dimanche Digne de James Bond, la Cadillac présidentielle est la pièce maîtresse d’un convoi hors du commun. Une armada de véhicules et des centaines de personnes accompagnent chacun de ses voyages officiels. Plus...

Le bilan carbone du voyage en train de Greta Thunberg

Transport Fidèle à ses convictions, l’adolescente suédoise devenue une icône de l’écologie n'a pas voulu prendre l'avion pour rejoindre Davos depuis la Suède. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.