Urs Rohner soumis à un feu de critiques

Credit SuisseLe président du conseil d'administration de Credit Suisse vit des jours difficiles à la tête de la banque.

Le président du Conseil d'administration Urs Rohner se retrouve en posture délicate.

Le président du Conseil d'administration Urs Rohner se retrouve en posture délicate. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Credit Suisse a choqué les marchés en dévoilant jeudi des pertes massives pour son exercice 2015 et le quatrième trimestre. Et un homme se retrouve au centre des critiques: son président du conseil d'administration Urs Rohner.

Le signal de la curée a été envoyé vendredi par un article de la Neue Zürcher Zeitung qui mettait directement en cause l'homme et ses capacités à diriger. «On doit se demander comment ce même conseil d'administration présidé par Urs Rohner et qui a soutenu durant des années Brady Dougan va maintenant appuyer Tidjane Thiam», s'interroge le journal zurichois.

La NZZ poursuit. «On va probablement blâmer un changement des conditions cadres et rendre responsables des forces supérieures pour le développement fâcheux de la banque. Les étages supérieurs manquent d'autocritique et de disposition à reconnaître leur responsabilité pour leurs graves erreurs», déplore le journal.

La pression augmente

Il s'agit d'un retournement de veste de la part de l'influent quotidien, qui est le baromètre de la Paradeplatz et des milieux de la finance en général. Comme le rappelle le site Insiderparadeplatz, ces milieux n'ont pas du tout apprécié les chiffres présentés jeudi. Urs Rohner peut s'inquiéter car la dernière fois que le journal s'était retourné contre un dirigeant d'une banque, il s'agissait de Marcel Ospel à la tête d'UBS. Lequel avait remis sa démission quelques semaines plus tard.

L'hallali autour d'Urs Rohnen se précise, Finnews se demandant quelle a été l'influence du président et de son conseil sur le développement de la banque. Et de rappeler que moins de la moitié des douze membres de l'instance a une expérience financière ou bancaire de premier plan. Urs Rohner est concerné puisqu'il est juriste, avec une direction d'entreprise de médias. Il a travaillé au sein du Credit Suisse comme conseiller général.

Ce n'est pas la première fois qu'Urs Rohner se retrouve sous le feux des critiques. Des voix s'étaient élevées contre son maintien lors du conflit fiscal avec les Etats-Unis en 2014. Christoph Blocher ou encore Christian Levrat, le président du PS, avait demandé sa tête mais Urs Rohner avait réussi à sauver son poste. Ce dernier a rejoint le conseil d'administration du Credit Suisse en 2009 avant d'en prendre la présidence dès 2011.

Créé: 08.02.2016, 10h41

Articles en relation

Tidjane Thiam renonce à une partie de son bonus

Credit Suisse «Je ne peux pas exiger des sacrifices des autres et n'en faire aucun», a déclaré le patron de Credit Suisse qui n'a toutefois pas révélé l'ampleur de cette réduction. Plus...

Le Credit Suisse va supprimer 4000 postes

Banque L'établissement a essuyé une perte nette de 2,94 milliards de francs, sa première depuis 2008. Plus...

Le Credit Suisse fait perdre des millions à un client

Suisse Un ancien conseiller de la banque a provoqué une perte de 50 millions de francs chez un client. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.