Les USA requièrent l'aide de Berne pour HSBC

Conflit fiscalL'autorité fiscale américaine a adressé une demande d'assistance administrative à la Suisse.

HSBC à Genève.

HSBC à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Internal Revenue Service (IRS) requiert des informations concernant les comptes de résidents américains domiciliés chez HSBC Private Bank à Genève.

L'IRS a adressé sa demande à l'Administration fédérale des contributions (AFC) le 11 avril dernier, indique l'AFC dans la Feuille fédérale de mardi. La procédure relève d'une convention établie entre les deux pays afin d'éviter les doubles impositions.

La demande concerne les comptes d'ayants droit économiques américains, dont les noms ne sont pas connus, sur une période courant du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2014, écrit l'AFC selon une information reprise par la Handelszeitung.

Il faut que le compte ait été détenu par une société de domicile dont l'ayant droit économique est américain, que des titres aient été détenus par une société de domicile dont l'ayant droit économique est américain, que des titres américains y aient été déposés ou que le montant dépasse les 50'000 dollars (environ autant de francs).

Violation

L'ayant droit économique américain doit avoir retiré de l'argent du compte pour un usage personnel ou pour des dépenses non justifiées par rapport à la société, ou sans disposer de l'accord écrit de la société. Dans ce cas, il s'agit d'une violation des principes de la «corporate governance», relève l'AFC.

Les personnes visées ont jusqu'à la fin du mois de mai pour se faire connaître.

Il s'agit d'une procédure normale, a expliqué un porte-parole de la banque. HSBC Private Bank (Suisse) a bien remis à l'AFC des documents. Ils concernent d'anciens clients dont les comptes ont été clôturés, a-t-il ajouté.

Les autorités suisses pourront les transmettre aux autorités américaines, selon les lois en vigueur. Toutes les personnes concernées ont été averties, a précisé la banque.

Catégorie 1

La filiale suisse du groupe britannique HSBC attend encore un accord avec la justice des Etats-Unis. Elle fait partie des banques qui se sont annoncées en catégorie 1 dans le cadre du programme de régulation fiscale américain.

Dans ce cadre, Julius Baer a trouvé un accord en février dernier, Credit Suisse et la Banque Leumi en 2014. UBS, pour sa part, l'a déjà fait en 2009. (ats/nxp)

Créé: 10.05.2016, 16h10

Galerie photo

Quelques personnalités impliquées dans l'affaire HSBC Genève

Quelques personnalités impliquées dans l'affaire HSBC Genève Gad Elmaleh aurait régularisé sa situation

Galerie photo

Perquisition chez HSBC à Genève

Perquisition chez HSBC à Genève Mercredi 18 février à Genève, la filiale suisse de la banque privée britannique HSBC est sous le coup d'une enquête pour blanchiment aggravé après les révélations de SwissLeaks.

Articles en relation

Le dernier verrou du secret bancaire prêt à sauter

Echange Le Conseil fédéral signera dans les prochains jours l'accord de mise en œuvre de FATCA à Berne. Il prévoit que les comptes américains en Suisse soient déclarés au fisc des Etats-Unis. Plus...

L'enquête sur HSBC Londres est finie, reste HSBC Suisse

Fichiers Falciani Les juges français ont fini l'enquête pour fraude fiscale sur la maison-mère. Mais ils réclament un procès pour HSBC Suisse. Plus...

La justice française valide l'inculpation de HSBC

Conflit fiscal Il est reproché à la banque un défaut de surveillance sur sa filiale suisse, soupçonnée d'avoir mis en place un système d'évasion fiscale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.