Un vaudois au cœur du blanchiment de l’affaire Kerimov

ScandaleMichel C. est l’invité surprise du dossier de blanchiment de fraude fiscale impliquant l’oligarque Suleiman Kerimov. L’homme de Paudex est un expert en montages financiers.

L’oligarque Suleiman Kerimov.

L’oligarque Suleiman Kerimov. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le secret était bien gardé, mais nous sommes en mesure de révéler qu’un certain Michel C. a été mis en examen le 16 janvier par le juge d’instruction niçois Alexandre Jullien dans le tentaculaire dossier Kerimov. Rappelons que l’oligarque russe interpellé en novembre dernier à l’aéroport de Nice est poursuivi pour avoir dissimulé au fisc français le prix d’achat réel d’une demeure du cap d’Antibes, la villa Hier. Le montage s’est notamment opéré au travers d’établissements bancaires de Genève et Lausanne.

Si de nombreux protagonistes de ce scandale en rafales séjournent dans le sud de la France, c’est bel et bien sur le territoire helvétique que s’est jouée cette gigantesque affaire de blanchiment de fraude fiscale, chiffrée par le procureur niçois Jean-Michel Prêtre dans une fourchette de 500 à 750 millions d’euros .

L’entrée en scène dans le dossier de Michel C. permet de cimenter le dossier d’accusation autour du rôle clef de l’homme d’affaires zurichois Alexander Studhalter, dans l’acquisition en 2008 de la villa Hier, bijou architectural de l’Américain Barry Dierks. L’affaire avait été révélée à la suite d’une écoute opérée en 2013 autour d’un trafic de drogue et de l’acquisition d’un restaurant asiatique de Nice, le « Woke away ». Un avocat fiscaliste de Bastia, Stéphane Chiaverini, était alors ciblé comme la cheville ouvrière d’un gigantesque réseau de fraude fiscale remontant à Lausanne, Zurich et Genève.

L’enquête démontrait ainsi les liens étroits de Chiaverini avec le dénommé Michel C. qui apparait par ailleurs dans d’autres dossiers très médiatiques comme ceux de Areva ou les Panama Papers . C’est ainsi que des connexions sont établies avec Olivier Fric le mari de l’ex- PDG d’Areva, Anne Lauvergeon, lui-même mis en cause dans le détournement de fonds de la vente d’Uramin au groupe Areva en 2007.

Michel C., domicilié à Paudex, est l’architecte d’une nébuleuse de pas moins de 78 sociétés financières, comme le révèle en détail un rapport d’investigation privée que nous avons pu consulter. Mais c’est en sa qualité de salarié d’une fiduciaire zurichoise filiale du groupe Dexia qu’il est appelé à collaborer à la rédaction le 14 mai 2008 d’un étrange document rédigé dans la langue de Shakespeare. Intitulé « Agreement of the sale of villa Hier « (accord de vente sur la villa Hier), le document lève le voile sur les dessous de la transaction. Il met en scène un vendeur, la société Opus One Holding représentée par Michel C. et un acheteur, Alta Assets, structure dirigée par Alexander Studhalter, par ailleurs associé de longue date de l’oligarque Suleiman Kerimov.

Le prix de vente est alors chiffré à 127 millions d’euros, ce qui correspond peu ou prou à la valeur réelle de la villa. Derrière Opus One Holding apparait Philippe Borghetti, lui-même actionnaire avec ses deux sœurs de la SA Villa Hier, propriétaire de la demeure…. Cette dernière société se trouve en liquidation et le liquidateur n’est autre que Michel C., ce qui lui vaut une mise en examen pour « complicité de blanchiment de fraude fiscale ».

Le problème posé est que la même la villa fait l’objet le 24 mai 2008 d’un acte authentique de vente auprès d’un notaire des Alpes Maritimes pour seulement… 35 millions d’euros. Où est donc passée la différence ? En se reportant à ce fameux « agreement » on constate qu’Opus One Holding est destinataire de 61 millions d’Euros au nez et la barbe du fisc français. La différence se répartit en commissions diverses à destination de membres de la famille Borghetti ou d’intermédiaires, toujours de façon occulte.

L’audition l’été dernier du vaudois par le juge Jullien éclaire définitivement la lanterne judiciaire française. Interrogé durant sept heures dans le cadre d’une procédure d’entraide confiée au parquet du Valais, Michel C. accepte de remettre un certain nombre de documents. Ces pièces permettent d’ôter les masques des différents acteurs de cette affaire. Alexander Studhalter tout d’abord, dont les sociétés et les comptes bancaires dissimulent à peine Suleiman Kerimov en qualité de bénéficiaire économique. Il est en outre le véritable occupant de la villa Hier, mais également de la villa limitrophe Medy Roc.

Stéphane Chiaverini ensuite, l’avocat marron qui utilise notamment Tevane Invest, l’une des sociétés de Michel C. pour alimenter son circuit de fraude fiscale.

Enfin, le fameux Philippe Borghetti dont on se sait plus très bien ce qu’il a fait du magot; Il est question de dépense somptuaires notamment une Ferrari ayant appartenu à Michäel Schumacher et une Bugatti Veron.

Dans ce scénario de polar financier les personnages les plus incroyables se succèdent, notaires, avocats, agents immobiliers tous mis en examen, à commencer par Irina Sadikova qui a mené la transaction sur la Villa Hier. Interrogée, celle-ci a confirmé que le véritable acquéreur était bien l’oligarque : « Tout le monde le sait sur la côte d’azur que Medy Roc et Hier appartiennent à Suleiman Kerimov » dira-t-elle aux enquêteurs.

Joint par téléphone, l’avocat du vaudois au cœur de l’affaire n’a pas souhaité s’épancher. « Je tiens simplement à dire que mon client a activement participé à l’enquête et livré toutes les informations par voie d’entraide judiciaire » précise Vincent Jeanneret. (24 heures)

Créé: 09.03.2018, 16h50

Articles en relation

À Nice, la justice révèle la filière suisse de l’oligarque Kerimov

Économie Hommes de paille suisses, enveloppes de billets et réseaux occultes éclatent au grand jour, dix jours après l’arrestation du baron des mines. Plus...

Le Suisse au cœur de l’affaire Kerimov est arrêté

Côte d'Azur L’incarcération du Lucernois Alexander Studhalter marque une accélération dans l’enquête visant l’oligarque Suleyman Kerimov. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.