Credit Suisse dans la ligne de mire aux Etats-Unis

MozambiqueLe gendarme boursier américain enquête sur la vente d'obligations émises par plusieurs banques.

(Image d'illustration)

(Image d'illustration) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont ouvert une enquête sur une transaction financière au Mozambique ayant servi à acheter des armes et impliquant trois grandes banques dont Credit Suisse et BNP Paribas, a indiqué jeudi à l'AFP une source proche du dossier.

La SEC, le gendarme de la Bourse américain, s'intéresse à un emprunt obligataire de 850 millions de dollars arrangé en 2013 par Credit Suisse et la banque russe VTB Group pour le compte d'une entreprise publique mozambicaine, a précisé la source sous couvert d'anonymat.

Scandale des dettes cachées

BNP Paribas n'a pour sa part distribué que les titres de créance aux investisseurs, pour la plupart des fonds d'investissements américains, a ajouté la source.

Cet argent devait servir initialement à acheter 30 embarcations de pêche et de protection maritime, selon les informations fournies aux souscripteurs, mais il a été utilisé pour acheter des armes, a encore déclaré la source confirmant des informations du Wall Street Journal.

Aucune demande d'information n'a encore été adressée aux trois banques, selon une source proche du dossier. La SEC a en revanche adressé une lettre aux fonds créanciers leur demandant de lui faire parvenir les documents et échanges avec les trois banques sur l'opération.

Cette enquête, qui ne vise pas directement les trois établissements pour l'instant, est un nouveau rebondissement dans ce qui a été baptisé le scandale des dettes cachées secouant le Mozambique, un des pays les plus pauvres du monde.

Contactés par l'AFP, ni la SEC ni BNP n'ont souhaité faire de commentaire, tandis que Credit Suisse n'a pas donné suite.

Pour du matériel militaire

L'affaire des dettes cachées a éclaté en avril, lorsque la presse mozambicaine a révélé l'existence d'emprunts contractés depuis 2013 par deux sociétés à capitaux publics pour un montant de 1,4 milliard de dollars.

Cette dernière somme a été octroyée par Credit Suisse et la banque VTB.

Les sommes versées ont bénéficié d'une garantie de l'Etat, sans décision du Parlement, contrairement aux exigences de la Constitution, a dénoncé début décembre l'association suisse Contrepoint, composée de chercheurs et d'universitaires.

Maputo a reconnu plus tard que ces emprunts avaient servi à financer l'achat d'embarcations militaires et de matériel de défense.

En représailles, le Fonds monétaire international (FMI) avait décidé de suspendre ses prêts au pays. L'Autorité de surveillance des marchés financiers suisses (Finma) mène pour sa part une enquête depuis sept mois sur le rôle de Credit Suisse, selon Contrepoint.

En défaut de paiement

Fin octobre, le Mozambique a reconnu que la dette était devenue «intenable» et devait être restructurée et a demandé aux créanciers d'accepter une décote.

Ces derniers, qui comptent parmi eux les fonds américains AllianceBernstein LP, Franklin Templeton Investments, Greylock Capital Management, ont refusé, expliquant avoir déjà fermé les yeux sur des premiers manquements du pays à ses engagements.

Ils ont alors monté un comité pour défendre leurs droits et font valoir qu'ils n'avaient pas été informés que leur argent servirait à acheter des armes.

Le Mozambique est officiellement en défaut de paiement après avoir échoué à honorer des obligations sur sa dette, d'après l'agence de notation Fitch Ratings. Il accuse un arriéré de paiement de plus de 175 millions de dollars.

L'endettement du pays devrait atteindre 130% du PIB cette année, contre 86% en 2015, selon le ministère des Finances. (ats/nxp)

Créé: 29.12.2016, 18h20

Articles en relation

Des crédits accordés au Mozambique interrogent

Suisse Credit Suisse a accepté de délivrer des crédits de 1,04 milliard de dollars qui auraient servis à l'achat d'armes. Plus...

Le Mozambique en deuil après l'explosion d'un camion

Accident Une enquête a été ouverte après l'explosion d'un camion-citerne qui a fait au moins 56 morts jeudi. Un deuil national a été décrété. Plus...

Assassiné alors qu'il était en train de négocier la paix

Mozambique Jeremias Pondeca, nommé par l'opposition pour trouver un accord mettant fin au conflit dans le pays, a été abattu samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.