Pourquoi les ventes de cacao «Fairtrade» explosent en Suisse

AlimentationEn 2014, les producteurs de cacao certifié «équitable» par la fondation Max Havelaar ont bondi de 30%. En cause, l'introduction d'un label complémentaire.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On connaît l'engouement, depuis vingt ans, du consommateur helvétique pour les produits dits «équitables». Après les bananes ou le café – les ancêtres – sont venues les fleurs, le sucre, café, le coton et même depuis peu, l'or... La gamme de produits voulant bénéficier de cet engouement est de plus en plus large. Ainsi pour le seul label «FairTrade »délivré par la fondation Max Havelaar, plus de 2000 références sont disponibles; les ventes de produits ainsi certifiés ont encore progressé de 7,5% en 2014. Alors que l'année restait pourtant plutôt morose en terme de conjoncture.

Un chiffre surprend davantage. Les ventes de chocolat «Fair Trade» ont, elles, carrément explosé de 30%. En un an. Alors que leur existence n'a rien de très nouveau. Et qu'un tel rythme de progression est en général plus affiché par les objets répondant à un phénomène de mode – gadgets électroniques, jouets, confection... – que par les produits alimentaires courants.

Le reflet de la soudaine «responsabilisation» accrue des croqueurs de chocolats ? L'explication de cette engouement reste plus prosaïque. Et liée à l'introduction par Max Halevaar, en janvier 2014, d'un label complémentaire, rectangulaire et blanc, indiquant qu'un ingrédient clef d'un aliment –par exemple le cacao dans le chocolat – est d'origine «Fairtrade».

Jusque-là l'étiquette originelle, sur fond noir – qui a toujours court – était destiné à apposer le sceau de Max Havelaar sur l'ensemble du produit. Elle certifie que «tous les ingrédients disponibles en Fairtrade et nécessaires à la production de la plaque de chocolat sont intégrés dans sa fabrication», explique-t-on au sein de la fondation. Autre exigence: que ces ingrédients représentent au moins 20% de l'aliment, histoire que le label ne se retrouve pas sur un tiramisu en boîte saupoudré de cacao équitable.

Le nouveau label introduit depuis quinze mois permet à un chocolatier de faire savoir sur son emballage que, en dépit de l'utilisation, par exemple, de lait ou de sucre suisse, le cacao, lui, est bien acheté «Fairtrade». Ce qui a soudain multiplié les débouchés pour les fèves issus de petits producteurs ou de plantations certifiées. Et ce qui explique l'envolée de 30% de leurs achats en douze mois par la Suisse.

A noter que ce label complémentaire a également été mis en place pour le sucre et le coton. Les ventes de la fibre notée «Fairtrade »ont, elles aussi, décollé d'un tiers l'an dernier dans le pays. (24 heures)

Créé: 21.05.2015, 15h04

Articles en relation

Max Havelaar est confronté à des appels à la transparence

Commerce équitable L'organisation non-gouvernementale doit sa renommée au commerce de produits équitables. Aujourd'hui, de plus en plus de voix lui demandent aussi d'accroître sa transparence. Plus...

Max Havelaar lance un label de commerce équitable pour l'or

Transactions La fondation a créé ce label «fairtrade» sur l'or afin de garantir aux mines un prix minimum et interdire le travail des enfants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...