Ventes suisses en Allemagne: les patrons moins pessimistes

CommerceLe creux de la vague des relations commerciales entre la Suisse et l'Allemagne est atteint, selon la Chambre de commerce.

«Sur cette base, nous pensons que le creux de la vague des exportations suisses vers l'Allemagne est maintenant atteint.»

«Sur cette base, nous pensons que le creux de la vague des exportations suisses vers l'Allemagne est maintenant atteint.» Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les 12 prochains mois, 51% des entreprises suisses prévoient des exportations vers l'Allemagne au même niveau qu'en 2015, et même 35% s'attendent à ce qu'elles augmentent, a dévoilé en fin de matinée ce vendredi la Chambre de commerce Allemagne-Suisse, lors de sa conférence de presse annuelle. En tout, ce sont donc 86% des entreprises membres de l'association qui ne prévoient pas une poursuite de la détérioration des exportations vers ce grand voisin d'outre-Rhin, toujours le plus important partenaire commercial de la Suisse.

Ces données récoltées en février confirment le développement des relations commerciales entre les deux pays enregistré en début d'année. Les exportations suisses vers l'Allemagne ont certes encore reculé de 1,6% en janvier. Mais elles ont clairement pris l'ascenseur le mois suivant, en gagnant 8,4% en février.

«Sur cette base, nous pensons que le creux de la vague des exportations suisses vers l'Allemagne est maintenant atteint. Elles seront plus élevées cette année qu'en 2015», a précisé Gottlieb Keller, le président de la chambre de commerce, lors de la séance des questions et des réponses.

Jolis bénéfice grâce à des achats en euros

Le franc fort reste un sujet de préoccupation dominant. Ainsi, 74% des entreprises suisses membres de l'association voient leur compétitivité souffrir du renchérissement de la monnaie nationale.

«Pourtant, le franc fort touche de façon très différente les branches suisses, et parmi elles, certaines entreprises, d'autres pas du tout. Un certain nombre ont réalisé de très jolis bénéfices grâce à des achats plus importants en euros de matières premières ou de produits semi-finis», a précisé le président, par ailleurs avocat générale auprès du groupe pharmaceutique Roche.

En effet, la mesure de prédilection (à 59%) choisie par les entreprises sondées pour compenser les effets négatifs du francs forts a consister à acheter bien plus de biens et de services dans l'Union européenne qu'elles ne le faisaient dans le passé.

Pas de vague de délocalisation, ni de licenciements

La délocalisation de la production à l'étranger n'a été choisi que par 11% des entreprises sondées, a poursuivi la chambre de commerce. «Contrairement à l'impression véhiculée par les nouvelles paraissant dans la presse, nous ne constatons pas de vague de délocalisation», selon Gottlieb Keller.

Dans le même sens, le président a indiqué que les entreprises suisses «ne se lancent pas tête en l'air dans des grands licenciements. Le marché du travail suisse reste tendu et elles ont bien conscience que si elles le faisaient, elles pourraient ne plus trouver le personnel qualifié au moment de la reprise», a-t-il poursuivi.

Etats-Unis et Chine en forte progression

Pourtant, même si la hausse des exportations de la Suisse vers l'Allemagne se confirme, il n'empêche que cela ne va pas changer la tendance de fond. A savoir que l'Allemagne reste certes le plus important partenaire commercial de la Suisse, mais que son importance se réduit année après année en faveur des Etats-Unis et des pays émergents, à la tête desquels se trouve la Chine.

En 2015, les exportations suisses vers l'Allemagne ont reculé de 5,1% à 36,6 milliards de francs, et les importations d'Allemagne vers la Suisse ont perdu, elles, 8,2% à 47,0 milliards de francs.

Cette baisse plus importante des importations que des exportations s'explique par le fait que les entreprises suisses ont tout d'abord épuiser leurs stocks avant de recommander en Allemagne. Et aussi par la baisse de la valeur de l'euro par rapport au franc, ce qui a abaissé encore la valeur des importations.

Créé: 01.04.2016, 15h27

Articles en relation

Les exportations horlogères reculent encore

Baselworld Le mois de février a continué d'être morose pour l'exportation de l'horlogerie avec un recul de 3,3% sur un an à 1,7 milliard de francs. Plus...

Les exportations ont progressé grâce à la pharma

Février 2016 Le commerce vers les USA, la Chine et le Japon a bondi. Les importations d'Irlande ont par contre baissé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.