Qui veut travailler pour 2500 francs par mois?

ZurichUn groupe de mode allemand recherche à Zurich des conseillères prêtes à travailler à des conditions insuffisantes pour vivre.

Outfittery s'est fait un nom en Allemagne et en Suisse aussi désormais...

Outfittery s'est fait un nom en Allemagne et en Suisse aussi désormais... Image: Outfittery.com

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'entreprise allemande Outfittery cherche à s'implanter à Zurich. La société, qui offre des services d'achat de vêtements à une clientèle masculine, s'est donc mise à la recherche de conseillères capables d'aider ses clients. Et à accepter un salaire de 2500 francs par mois pour un poste à temps plein, comme le raconte le Tages-Anzeiger dans son édition du 11 mars.

Outfittery a été fondée en 2012 par deux étudiantes, Anna Alex et Julia Bösch, et emploie actuellement 250 personnes. Elle livre ses produits dans huit pays dont la Suisse. Comme l'a confirmé Dominic Gaspary, son directeur pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, l'ouverture d'une filiale sur les bords de la Limmat est à l'étude.

Choquée par le montant

L'entreprise offre «une façon révolutionnaire dans le conseil à la clientèle» ainsi que «de l'air, de l'amour, de la vie et du travail dans l'univers des start-up» mais aussi des salaires misérables qui ont rebuté les premières postulantes. «J'ai été choquée quand on m'a dit le montant», a raconté Nina, qui travaille depuis plusieurs années dans la mode.

Les autres conditions l'ont également fait bondir. Elles prévoient une augmentation de salaire de 0,5% si les vendeuses atteignent un chiffre d'affaires mensuel 60'000 francs. Une autre augmentation d'un pourcent dépend d'autres objectifs. Les équipes travaillent cinq jours par semaine pour une base de 40 heures et un sixième jour est possible dans des conditions exceptionnelles mais il est compensé, a précisé Dominic Gaspary.

Dumping salarial, pour Unia

Il s'agit d'un cas typique de dumping salarial, lâche le syndicat Unia. «Qui veut engager du monde en Suisse doit leur donner des salaires suisses», a rappelé Natalie Imboden, alors que les conditions sont déjà dures dans la branche de la mode. Le syndicat a toutefois réussi à obtenir des salaires décents chez de grands détaillants comme Coop ou Migros. «Mais des entreprises comme Outfittery menacent tout développement positif.»

Le problème vient de la loi suisse qui ne propose aucun salaire minimum dans le commerce de détail et la branche ne propose pas de convention collective du travail. Natalie Imboden appelle donc à en créer une d'urgence dans les achats en ligne.

Pas de conditions de travail à la carte

Comme le montre le Tages-Anzeiger, les autres détaillants dans la mode offrent des conditions nettement meilleures puisque le salaire varie entre 3850 et 4250 francs selon l'âge et la formation. Mais les revendeurs sur internet cherchent toujours à tirer les prestations vers le bas, s'est indignée Natalie Imboden. «S'ils veulent faire des affaires en Suisse, il faut clairement leur faire comprendre qu'ils ne peuvent pas choisir des conditions de travail à la carte.»

Outfittery rejette toute accusation de dumping et souligne qu'aucun contrat n'a pour le moment été signé en Suisse. «Nous n'en sommes qu'au stade des premiers entretiens», a précisé Dominic Gaspary. Quant au montant de 2500 francs proposé, il ne doit servir que comme base de négociation. «Mais pour moi, c'était clair qu'il n'était pas sujet à discussion», a rétorqué Nina.

Créé: 11.03.2016, 11h18

Articles en relation

Fashion week: Gigi et Kendall affolent le Web

Paris Les mannequins Gigi Hadid et Kendall Jenner ont volé la vedette aux couturiers au 3e jour de la semaine de la mode. Plus...

Le Soleurois Blackout ferme 11 succursales

Mode La chaîne de magasins de vêtements a fermé 11 de ses 92 succursales. Plus...

Versace donne le coup d'envoi des défilés

Fashion week Le glamour de la maison italienne a ouvert la semaine de la mode à Paris. Plus...

Licenciements collectifs, mode d'emploi

Entreprises Peu d'obstacles se dressent devant les entreprises suisses si elles suivent le plan à la lettre. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...