«Je ne veux pas que mes petits-enfants m’accusent de n’avoir rien fait»

DavosÀ Davos, le Prince Charles lance un ambitieux projet pour aider les marchés financiers à devenir durables.

Le prince Charles est un partisan de longue date de la cause environnementale.

Le prince Charles est un partisan de longue date de la cause environnementale. Image: AP Photo / Markus Schreiber)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le prince de Galles est arrivé à Davos en Jaguar électrique, délaissant l’hélicoptère depuis Zurich. Cela n’a pas empêché la presse britannique de relever qu’il avait quitté Londres à bord d’un avion privé. «Pour des questions d’organisation et de sécurité», justifie son secrétariat. Pas de quoi créer une polémique. L’héritier de la Couronne britannique est un militant de longue date de la cause environnementale. «J’ai fait mon premier discours sur ce thème en 1968», rappelle le fils d’Elisabeth II au début de son discours, mercredi au WEF. À l’époque, ce thème n’était pas à la mode.

Pendant longtemps, on s’est moqué de ses combats en faveur du bio, de la nature, des espèces menacées. Amusantes distractions pour un héritier désœuvré, disait-on. Aujourd’hui, celui que l’on surnomme «le Prince Vert» ne fait plus sourire. Il apparaît comme un visionnaire, pour avoir, dès les années 80, converti à l’agriculture biologique ses 445 hectares de terres sur son Duché de Cornouailles. Une affaire rentable qui lui rapporte l’essentiel de ses revenus, plus de 20 millions de francs par an. Il est crédible lorsqu’il affirme au WEF: «La durabilité et la rentabilité ne s’excluent pas.»

Décarboner rapidement l’économie

Mercredi, des centaines de patrons sont venus l’écouter défendre son projet visant à rendre les «marchés financiers durables». «Il faut repenser nos modèles économiques. La planète et l’humanité doivent être au cœur des marchés», leur explique le prince Charles. Suit un plan détaillé visant à décarboner rapidement l’économie, grâce à l’engagement massif des investisseurs, patrons et consommateurs dans l’économie verte.

«2020 doit être l’année des solutions», plaide le prince de Galles. «J’organiserai des tables rondes et des conférences sur l’eau, l’aviation, le plastique, la finance durable, la bioéconomie, les voitures électriques, les énergies renouvelables, les piles… Bref, en fin de parcours, je rendrai l’âme, sans doute.»

Un programme ambitieux pour l’héritier de la Couronne, qui laisse entendre que son combat pour le climat ne s’arrêtera pas lorsqu’il montera sur le trône. Son règne s’annonce plus politique que celui d’Elisabeth II.

«Il est temps d’agir»

«Voulons-nous que l’histoire nous juge pour n’avoir rien fait face à l’urgence climatique? Je ne veux pas être accusé par mes enfants et petits-enfants de n’avoir rien fait. Il est temps d’agir», conclut le prince. Un homme aussi soucieux de la durabilité de la planète que de celle de la Couronne britannique.

Au moment où Donald Trump quitte Davos, le prince Charles tient à rencontrer la «prophète de malheur» dénigrée par le président américain. Quelques minutes d’entretien avec Greta Thunberg, qu’il parvient à dérider lorsqu’il lui chuchote, face aux photographes, qu’il ne s’est toujours pas habitué à eux après tant d’années… Suit un échange avec Simonetta Sommaruga, dans un salon privé du WEF. De quoi a-t-il été question avec la présidente de la Confédération? «D’environnement», nous révèle avec malice le prince de Galles, poussé par son entourage vers les studios de CNN, sur la terrasse du Centre des Congrès.

Créé: 22.01.2020, 22h50

Articles en relation

Donald Trump: «Ce n'est pas le moment d'être pessimiste»

Davos Le président américain a défendu le modèle américain et fustigé les «prédicateurs de l’apocalyse». Il avertit le reste du monde: il veut renégocier tous les traités. Plus...

Davos: la rencontre impossible

L’éditorial Plus...

Des «plombiers diplomates» russes suspectés d’espionnage à Davos

Enquête La police grisonne a contrôlé deux Russes l’été dernier. Ils ont dégainé un passeport diplomatique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.