La voiture autonome divise autant qu’elle rassemble

TransportÀ quelques jours d’une conférence prévue par Tesla, le véhicule autonome est encore loin de séduire les foules.

Lundi prochain en fin de journée, le groupe Tesla donnera de nouveaux détails sur l’autonomisation en cours de sa flotte de véhicules électriques.

Lundi prochain en fin de journée, le groupe Tesla donnera de nouveaux détails sur l’autonomisation en cours de sa flotte de véhicules électriques. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi prochain en fin de journée, le groupe Tesla donnera de nouveaux détails sur l’autonomisation en cours de sa flotte de véhicules électriques. «Nous avons fait des progrès significatifs dans le développement de notre logiciel et de notre matériel de conduite autonome, y compris notre ordinateur FSD actuellement en production», communiquait l’entreprise au début du mois.


Lire aussi: Dans quelles communes trouve-t-on le plus de Tesla?


Cette présentation répond clairement à la volonté de son fondateur, le milliardaire Elon Musk, d’accélérer la cadence dans le déploiement d’une technologie qui pourrait bouleverser toute l’industrie. «Je pense que Tesla sera en mesure de vous trouver un parking, de venir vous chercher et de vous conduire à votre destination sans aucune intervention humaine… Quand? Cette année», assurait l’emblématique patron lors d’une interview donnée en février au fonds Ark Invest. Connu pour son enthousiasme parfois exagéré, le CEO américain prédit qu’une Tesla sera capable, vers la fin de 2019, de faire le trajet Los Angeles-New York sans que son volant ne soit touché une seule fois.

Volonté de rester pionnier

Avant même l’événement agendé au lundi de Pâques, Tesla a déjà annoncé qu’à partir du 1er mai l’autopilote sera de série pour l’ensemble de ses véhicules. À cela s’ajoutera une option de «Conduite entièrement autonome». Payante, cette dernière devrait par ailleurs voir son prix augmenter dans un avenir proche.


Voir aussi: Existe-t-il des véhicules autonomes en Suisse?


Au-delà de ces quelques éléments, il est difficile d’en savoir plus. Ces derniers jours, la stratégie d’Elon Musk est apparue assez brouillonne suite à plusieurs rétropédalages sur le prix de ses voitures ou la manière de les écouler (sur internet ou à l’aide de magasins). Depuis quelques jours, il est possible d’acheter «une Tesla en leasing» mais sans possibilité de l’acquérir à la fin du contrat, étant donné que l’entrepreneur dit pouvoir les «intégrer dans sa future flotte d’automobiles autonomes». À quel but? Mystère.

Concurrence exacerbée

Seule certitude – comme pour le véhicule 100% électrique –, Tesla veut rester pionnier d’un secteur longtemps limité à des acteurs comme Google ou Uber mais où la concurrence s’est beaucoup étoffée ces derniers mois.

Telle une traînée de poudre, l’engouement pour la voiture autonome se répand à l’entier de l’industrie automobile. Américains, japonais, européens… Tous les grands constructeurs investissent des centaines de millions pour rattraper leur retard et pouvoir proposer, dans les deux ans à venir, leurs propres modèles.


Lire aussi: Berne veut légaliser les voitures autonomes


Après avoir dépensé près de 600 millions de dollars pour racheter Cruise Automation en 2016, la PDG de General Motors, Mary Barra, prédisait sur Linked­In que son groupe pourrait «devenir le premier grand constructeur à produire massivement des véhicules complètement autonomes». D’après Reuters, une alliance serait en cours avec Lyft (concurrent d’Uber aux États-Unis) afin de lui livrer, dès l’année prochaine, de tels véhicules.

Ford, pour sa part, vise 2021 et mentionne un investissement de 1 milliard dans Argo AI, cette société robotique fondée par des anciens de Google et d’Uber. Jim Hackett en nuance toutefois le potentiel, selon Bloomberg. «Nous avons surestimé l’arrivée des voitures autonomes. Leur utilisation sera limitée, c’est-à-dire géo-clôturée (ndlr: cantonnée à des zones géographiques spécifiques), parce que la problématique est très complexe», explique le CEO du constructeur américain.

«Cela prendra du temps»

Cette réticence est partagée par d’autres géants, comme Toyota. Selon Gill Pratt, directeur de l’Institut de recherche de la marque japonaise, «aucun constructeur ne serait proche d’atteindre une véritable autonomie». Même Uber, l’un des autres pionniers, est en train de rétropédaler. «Les voitures autonomes vont faire partie de nos vies. Mais savoir quand cela arrivera n’est pas évident. Je pense que cela va prendre beaucoup de temps pour un développement à grande échelle», expliquait sa responsable des recherches, Raquel Urtasun, sur Yahoo Finance.

En réalité, le public ne semble pas du tout prêt à lâcher le volant. Une récente étude réalisée par Reuters prouve en effet que les conducteurs ne sont pas disposés à confier leur vie à une voiture autonome. Les deux tiers des quelque 2000 personnes interrogées ne veulent pas acheter un tel véhicule. Elles sont encore 30% à estimer qu’un ordinateur de bord est plus dangereux qu’un humain au volant. Les divers accidents survenus ces derniers temps n’y sont sans doute pas étrangers.


Lire aussi: ZZZ


Créé: 18.04.2019, 12h58

Articles en relation

Dans quelles communes trouve-t-on le plus de Tesla?

Voiture Omniprésent dans les médias, Tesla représentait moins de 0,2% des voitures de tourisme sur l'arc lémanique en 2018. Plus...

Berne veut légaliser les voitures autonomes

Mobilité Une nouvelle loi sur la circulation routière sera mise en consultation cet automne. Elle amènera de la flexibilité. Plus...

Existe-t-il des véhicules autonomes en Suisse?

Alors qu'Elon Musk, CEO de Tesla, déclarait que ses véhicules seraient complètement autonomes fin 2019, voici les exemples de transports autonomes de ces dernières années dans notre pays. Plus...

Un nouvel automobiliste accidenté s’en prend à Tesla

Justice Un autre romand, ayant acheté sa voiture à Genève, souhaite lui aussi une expertise après une collision survenue en 2017. Plus...

La sécurité de la Tesla de Doris Leuthard serait garantie

Données Des craintes quant à la protection des données récoltées dans les Tesla font polémique à Bâle. La Confédération se veut rassurante par rapport à la voiture de la ministre Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.