Passer au contenu principal

Volkswagen devra payer 4,3 milliards de dollars

Dans l'affaire du «Dieselgate», le constructeur a plaidé coupable de fraude et va s'acquitter d'une lourde amende.

Illustration, Keystone

Volkswagen a accepté de plaider coupable de fraude et de verser des pénalités supplémentaires de 4,3 milliards de dollars aux Etats-Unis dans le scandale du «Dieselgate», a annoncé mercredi le département de la Justice. Une amende au pénal de 2,8 milliards est prévue.

L'accord prévoit aussi la désignation d'un contrôleur indépendant pour une période de trois ans. Cinq nouveaux employés et cadres du géant allemand de l'automobile ont par ailleurs été inculpés aux Etats-Unis pour leur rôle dans cette supercherie qui a consisté à truquer des moteurs diesel pour minimiser le niveau réel d'émissions de gaz polluants lors des contrôles, a ajouté le ministère américain.

Dans le cadre de ce règlement, le constructeur automobile a accepté de plaider coupable de complicité d'escroquerie à l'encontre des Etats-Unis et d'infraction au Clean Air Acte, d'obstruction à la justice, et enfin d'introduction de biens sur le sol américain par le biais de fausses déclarations, selon le document judiciaire.

«Volkswagen rejette précisément toute responsabilité et conteste formellement ces allégations, qu'il règle afin de s'épargner l'incertitude et les coûts d'une longue procédure de contentieux», explique le groupe de Wolfsburg.

«Égarements»

Volkswagen a accepté de s'acquitter d'une amende au pénal de 2,8 milliards de dollars et d'une pénalité de 1,45 milliard de dollars au civil pour régler des litiges avec les douanes et les agences de l'environnement.

«Les accords passés avec le gouvernement américain témoignent de notre volonté d'en finir avec des égarements qui allaient à l'encontre de toutes les valeurs que Volkswagen chérit», déclare le président du directoire Mathias Müller dans un communiqué adressé par messagerie mercredi.

Le projet d'accord de règlement au civil et au pénal négocié avec le ministère américain de la Justice, déjà annoncé mardi par Volkswagen, marque ainsi une nouvelle étape dans le processus engagé par le constructeur allemand pour tourner la page du «Dieselgate».

(afp/ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.