Volkswagen plafonne le salaire de ses dirigeants

AllemagneLe géant de l'automobile fait un geste suite aux polémiques liées à la rémunération de ses principaux dirigeants.

La fabrique Volkswagen à Wolfsburg

La fabrique Volkswagen à Wolfsburg Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le numéro un mondial de l'automobile, l'allemand Volkswagen, a annoncé vendredi une réduction de 40% des rémunérations de ses principaux dirigeants, qui faisaient plus que jamais polémique en pleine année électorale en Allemagne.

Désormais, la rémunération du patron du groupe ne pourra pas excéder 10 millions d'euros par an et celle des autres membres du directoire 5,5 millions d'euros par personne.

Les actionnaires et le public en général avaient tiré à boulets rouges sur VW car ses dirigeants n'avaient accepté que contraints et forcés une réduction de leurs bonus d'environ 30%. Ces bonus étaient calculés en partie sur la performance des deux années antérieures.

Publication des salaires en mars

La firme n'a pas donné de comparatif détaillé entre les rémunérations à venir et celles de l'an passé. Elle s'est contentée d'affirmer que «la rémunération théorique maximale diminuera de 40% au plus». Le constructeur doit publier les salaires de ses dirigeants de 2016 le 14 mars, en même temps que ses résultats annuels.

Suivant le nouveau système, où le salaire fixe pourra augmenter de 30% au plus, les dirigeants perdront leur prime annuelle si le bénéfice d'exploitation du groupe demeure en deçà de neuf milliards d'euros, alors que le seuil actuel est de cinq milliards, et si le rendement du chiffre d'affaires reste à 4%.

Les primes à long terme seront fonction de l'évolution du cours de l'action, précise VW, à l'appui des recommandations du code de gouvernance des entreprises allemandes.

Polémique renforcée suite au dieselgate

La question du montant des rémunérations des plus hauts dirigeants de Volkswagen fait régulièrement débat en Allemagne, mais elle était plus sensible que jamais depuis la tricherie du constructeur sur 11 millions de ses véhicules diesel dans le monde, qui lui a valu la plus grave crise de son histoire, et alors que la campagne pour les élections législatives de septembre est engagée.

L'Etat régional de Basse-Saxe, qui détient deux places au sein du conseil de surveillance en sa qualité d'actionnaire de VW, soutenait selon la presse une transformation du système de rémunérations, avec le soutien des représentants du personnel. Dirigé par un social-démocrate, le Land était en porte-à-faux avec la ligne du parti SPD, qui défend dans la campagne électorale une modération des revenus des grands patrons.

12 millions pour un chèque de départ

La polémique a récemment resurgi avec l'annonce fin janvier du départ de la directrice juridique, Christine Hohmann-Dennhardt, avec un chèque de 12 millions d'euros en poche selon la presse. Elle était arrivée chez VW seulement un an auparavant pour mettre de l'ordre dans l'entreprise.

Avant cela, le chef de Volkswagen Martin Winterkorn, qui a jeté l'éponge lors de l'éclatement du scandale en septembre 2015, avait empoché 17 millions d'euros en 2011, un record historique pour un patron du Dax.

En 2013, sous la pression de l'opinion publique, Volkswagen avait plafonné les bonus de ses dirigeants afin d'éviter que M. Winterkorn n'empoche environ 20 millions d'euros pour 2012.

Retraite de 3.100 euros par jour

Le débat a de nouveau enflammé l'Allemagne au printemps dernier, quand les membres du directoire ont semblé s'accrocher à leur bonus alors que l'entreprise était sous la menace d'une facture de plusieurs dizaines de milliards d'euros et d'importantes suppressions de poste en raison du dieselgate.

Dernièrement le Bild, quotidien le plus lu d'Allemagne, s'est offusqué en première page de la retraite de 28,5 millions d'euros accordée par Volkswagen à M. Winterkorn. Cela équivaut à 3.100 euros par jour, selon le journal. (AFP/nxp)

Créé: 24.02.2017, 19h28

Un bénéfice courant record

Volkswagen enregistre un bénéfice courant record
Le numéro un mondial de l'automobile, l'allemand Volkswagen (VW), a annoncé vendredi prévoir pour cette année une stabilité de ses bénéfices, après avoir enregistré en 2016 le résultat courant le plus élevé de son histoire.

Galerie photo

En images, le scandale Diesel des tests truqués

En images, le scandale Diesel des tests truqués Volkswagen avait reconnu en 2015 avoir équipé 11 millions de véhicules diesel d'un logiciel truqueur. Les soupçons se sont étendus depuis à l'ensemble de l'industrie.

Articles en relation

Volkswagen va payer 1,2 milliard de plus

Etats-Unis Le constructeur règle ses soucis liés au dieselgate par tranche. Cette fois, les véhicules à moteur 3 litres sont concernés. Plus...

L'ex-patron de VW visé par la justice allemande

Dieselgate Le parquet de Brunswick a annoncé avoir étendu une enquête déjà en cours à Martin Winterkorn, soupçonné de fraude dans l'affaire des moteurs truqués. Plus...

Volkswagen devra payer 4,3 milliards de dollars

Etats-Unis Dans l'affaire du «Dieselgate», le constructeur a plaidé coupable de fraude et va s'acquitter d'une lourde amende. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.