«Nous voulons la clause de sauvegarde»

Libre-circulationLe président d'Economiesuisse veut aller de l'avant, même sans accord avec Bruxelles.

Le président d'Economiesuisse, Heinz Karrer, précise que la clause de sauvegarde n'aura qu'une portée temporaire.

Le président d'Economiesuisse, Heinz Karrer, précise que la clause de sauvegarde n'aura qu'une portée temporaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président d'Economiesuisse, Heinz Karrer, est très clair. «Si le Conseil fédéral devait effectivement envisager l'introduction d'une clause de sauvegarde, Economiesuisse saluerait très fortement le geste», déclare-t-il dans une interview parue mercredi dans le Tages-Anzeiger.

La mise en œuvre de l'initiative de l'UDC «Contre l’immigration de masse» doit intervenir avant février 2017. «Et si d'ici là Berne et Bruxelles ne sont pas parvenus à se mettre d'accord, nous appuyons la clause de sauvegarde, même sans accord de l'Union européenne.»

«Ce serait fatal»

Heinz Karrer ne pense pas qu'une application unilatérale de la part de la Suisse mettra en danger les traités bilatéraux. «Une dénonciation est possible mais ces accords sont également dans l'intérêt de l'Union européenne.» Mais il laisse percevoir son inquiétude devant un tel scénario. «Ce serait fatal. Nous devons donc tout mettre en œuvre pour que cela n'arrive pas.»

Dans ces conditions, la clause de sauvegarde permettrait au moins d'assurer la libre-circulation des personnes dans un premier temps. «Les contingentements n'interviendraient qu'à un certain niveau, qui doit faire l'objet d'une ordonnance de la part du Conseil fédéral. Inutile donc de s'égosiller à l'heure actuelle sur un nombre.»

Il dément également tout accord avec l'UDC, comme s'en est faite l'écho la presse dominicale alémanique. Et il ne veut pas commenter l'objectif de l'UDC qui entend fixer un seuil d'acceptation aussi bas que possible. «Les chiffres seront discutés en temps voulu».

Opposé à RASA

Heinz Karrer juge également «inutile» l'organisation d'une nouvelle votation sur la libre circulation. «Je suis d'avis que le Conseil fédéral saura présenter une application compatible de l'initiative contre l'immigration de masse.»

Quant à l'avis de Bruxelles qui estime que la Suisse n'affronte pas de problèmes sociaux et économiques majeurs avec la libre-circulation, le président d'Economiesuisse rappelle que le pays «enregistre une immigration nettement plus importante que les États membres de l'UE en moyenne. En outre l'introduction de la clause de sauvegarde n'aurait qu'une portée temporaire.»

Créé: 02.12.2015, 08h34

Articles en relation

Bruxelles se dit prêt pour une solution technique

Libre-circulation Rien n'est toutefois joué, certains Etats membres ayant fait part de leur surprise face aux informations en provenance de Suisse. Plus...

Une solution se dessine avec Bruxelles

Libre-circulation Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker aurait approuvé une proposition suisse. Plus...

«Ambiance amicale» entre Juncker et Sommaruga

Relations Suisse-UE Le Luxembourgeois et la Bernoise ont discuté «dans une ambiance amicale» de l'état des relations entre l'UE et la Suisse en général et ont fait le point sur les consultations en cours. Plus...

Lüscher sur RASA: «Je suis réticent à l'idée d'annuler une votation»

Elections fédérales Le vice-président des libéraux-radicaux a répondu en direct à vos questions sur le PLR, les élections fédérales et la politique en général. Plus...

Succès des opposants à la limitation de l'immigration

«RASA» Le texte qui vise à revenir sur la votation du 9 février 2014 en supprimant de la Constitution le rétablissement de contingents d'immigration a recueilli 100'000 signatures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.