«Nous voulons des instruments pour faire cesser les inégalités»

SalairesLe Conseil fédéral envisage des mesures dans les entreprises de plus de 50 employés pour contrer les discriminations salariales à l'encontre des femmes. Interview avec la ministre Simonetta Sommaruga.

Pour Simonetta Sommaruga, il y a encore du chemin à parcourir avant d'atteindre l'égalité salariale hommes-femmes.

Pour Simonetta Sommaruga, il y a encore du chemin à parcourir avant d'atteindre l'égalité salariale hommes-femmes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Miser sur la bonne volonté des employeurs ne suffira pas pour réaliser l'objectif constitutionnel que représente l'égalité salariale entre hommes et femmes. Fort de ce constat, le Conseil fédéral envisage des mesures pour contrer ces discriminations. Il a annoncé mercredi 22 octobre qu'il misait sur une analyse régulière des rémunérations uniquement dans les entreprises de plus de 50 employés, ce qui représente environ 10'000 firmes. Interview avec la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, en charge du dossier:

24 heures Cela fait 33 ans qu’il y a un article constitutionnel en faveur de l'égalité hommes-femmes. Malgré tout, l'écart salarial atteignait 18,9% ou environ 677 francs par mois en 2012. Aujourd’hui le Conseil fédéral prend des mesures étatiques. Est-ce la fin de la discrimination salariale?

Simonetta Sommaruga: Je l’espère! Mais il y a encore du chemin à parcourir. Le Conseil fédéral a décidé que la voie facultative a échoué. C’est pourquoi il faut des mesures contraignantes. Nous demandons aux entreprises qu’elles fassent des analyses régulières pour savoir s’il y a des discriminations. Si c’est le cas, l’entreprise devra prendre des mesures. Je crois que c’est un chemin qui permettra aux femmes d’avoir le même salaire pour un travail égal.

Pourquoi le Conseil fédéral n’a-t-il pas décidé de sanctions automatiques envers les entreprises qui ne respectent pas la loi?

Pour le Conseil fédéral, c’est important que cette discrimination, scandaleuse, cesse. En même temps, il veut des mesures qui donnent une certaine responsabilité aux entreprises. Il ne veut pas une police salariale étatique. Alors cette responsabilité consiste à analyser sa situation salariale avec des méthodes prouvées, puis à prendre des mesures s’il y a discrimination. Parallèlement, les firmes devront publier dans leur rapport annuel que cette analyse a été faite et que des mesures ont été prises s’il y a eu des inégalités.

Pourtant, l’ampleur de l’inégalité n’a pas à être publiée. Vous protégez les entreprises qui font des fautes ?

Je pense que le point le plus important ’est pour ceux qui porteront plainte ensuite. Pour ceux-ci, ils doivent tout d’abord savoir si les analyses ont été faites, s’il y a eu de la discrimination et si des mesures ont été prises. Alors je crois qu’avec ces informations, ce sera beaucoup plus facile dans le futur de porter plainte car il y aura déjà de la transparence. Pour le Conseil fédéral, c’est ce qui est le plus important, avoir les instruments pour faire cesser les inégalités.

Mais porter plainte contre son employeur reste difficile…

Oui bien sûr. Mais aujourd’hui déjà, on a la possibilité d’avoir une organisation qui porte plainte. Ce n’est pas nécessairement l’employée qui doit le faire elle-même. En outre, le Conseil fédéral veut examiner une autre voie : c’est que l’organe de contrôle, qui a effectué l’analyse salariale de l’entreprise, puisse aussi annoncer à une autorité que l’entreprise pratique la discrimination et n’a pas pris de mesures pour lutter contre cette pratique. Cela reste encore à approfondir. Mais on veut tous les instruments possibles pour arrêter les inégalités salariales.

Créé: 22.10.2014, 17h46

Articles en relation

Les firmes devront prouver qu'il n'y a pas d'inégalité salariale

Discrimination Berne veut obliger les employeurs de plus de 50 personnes à procéder régulièrement à une analyse des salaires pour vérifier que les femmes sont payées de même manière que les hommes. Plus...

Les inégalités de revenus sont restées stables en Suisse

Richesse De 1998 à 2011, le revenu brut moyen par ménage a augmenté en moyenne de 7% en Suisse pour atteindre 9565 francs par mois. En comparaison européenne, et en parité de pouvoir d'achat, la Suisse est plutôt bien lotie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.