VW: bénéfice net en recul de 20% au 1er trimestre

AllemagneLe numéro un européen du secteur automobile est toujours marqué par le scandale des moteurs truqués.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le scandale du diesel n'en finit pas de laisser sa marque sur les comptes du géant allemand de l'automobile Volkswagen. La firme a publié mardi un recul sensible de ses bénéfices au premier trimestre.

Le groupe, maison-mère de douze marques parmi lesquelles Volkswagen (VW), Audi, Porsche et Seat, a enregistré au premier trimestre «des résultats respectables dans un contexte difficile», a estimé dans un communiqué son patron Matthias Müller.

Le mastodonte allemand, au coude à coude avec Toyota pour la place de numéro un mondial, est toujours en convalescence après la révélation en septembre d'une tricherie sur des millions de véhicules diesel dans le monde afin de les faire passer pour moins polluants qu'ils ne l'étaient.

L'affaire lui a déjà valu en 2015 d'essuyer une perte nette de 1,6 milliard d'euros (1,77 milliard de francs au cours actuel). Il s'agit de la première depuis plus de vingt ans, sous l'effet des quelque 16 milliards d'euros mis de côté pour faire face aux suites du dieselgate.

Résultat sous les attentes

Au premier trimestre, Volkswagen a certes enregistré un bénéfice net à faire pâlir d'envie certains de ses concurrents, à 2,31 milliards d'euros. Mais le chiffre est en baisse de 20% sur un an et inférieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset. Le chiffre d'affaires a aussi reculé de 3%, à 51 milliards d'euros.

La réputation de ce grand nom de l'industrie allemande est écornée, avec des impacts différents selon les marchés.

Aux Etats-Unis, où a éclaté le scandale, le coup de frein sur les livraisons est brutal, en particulier pour la marque VW (-12%) qui était déjà à la peine sur ce marché pourtant en croissance.

En Europe, les livraisons ont légèrement crû au premier trimestre ( 1,5%), mais stagné pour la seule marque Volkswagen qui fait là aussi nettement moins bien que la concurrence.

Victime de l'effondrement du marché sud-américain, le groupe a de nouveau progressé en Chine, son premier débouché, mais à un rythme plus modéré que par le passé et au prix d'un recul de sa rentabilité.

Au total, la rentabilité du groupe s'est améliorée sur un an, surprenant les experts. Mais ce bon point est à mettre sur le compte d'effets exceptionnels (pour 300 millions d'euros), liés à la réévaluation comptable des provisions constituées pour faire face au scandale du diesel. La rentabilité de la marque Volkswagen, déjà en difficulté avant le scandale, est d'ailleurs restée proche de zéro.

Grise mine à la Bourse

A la Bourse de Francfort, l'action Volkswagen faisait grise mine. Vers 9h30, elle était lanterne rouge sur l'indice Dax et perdait 2,14% à 135 euros. Elle a plongé de 19% depuis le début de l'affaire.

Le groupe a confirmé mardi ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice 2016. Il table sur une marge opérationnelle, mesure de sa rentabilité, comprise entre 5 et 6%, et sur un repli jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires.

Rabais massifs

Pour Frank Schwope, analyste de la banque Nord/LB, les ventes du géant européen devraient être stables sur l'année, même si pour cela le groupe «soutiendra vraisemblablement ses ventes par des rabais massifs».

La plus grosse inconnue concerne l'impact financier final du dieselgate. Les procédures judiciaires ont éclos un peu partout dans le monde.

La firme est en négociation aux Etats-Unis pour finaliser un accord à l'amiable qui prévoit des compensations pour les propriétaires de plus de 480'000 voitures à moteur deux litres. Mais cela ne mettra pas fin à l'enquête pénale lancée par le département américain de la Justice, ni aux éventuelles actions judiciaires engagées par des clients américains s'estimant floués.

Parallèlement, Volkswagen met actuellement en oeuvre le rappel progressif des véhicules incriminés en Europe.

Frank Schwope estime qu'on ne connaîtra «pas avant 10 ans» le montant total du dieselgate pour Volkswagen, qu'il évalue entre 20 et 30 milliards d'euros au bas mot, soit davantage que les 16 milliards provisionnés pour l'instant.

Volkswagen a voulu rassurer sur ce point, en insistant dans son communiqué sur ses caisses bien remplies, avec 26 milliards d'euros de trésorerie nette dans sa division automobile. (ats/nxp)

Créé: 31.05.2016, 10h00

Articles en relation

Les alémaniques contre le transfert des plaintes

Scandale Volkswagen La Fondation alémanique des consommateurs SKS demande au Ministère public de la Confédération (MPC) de lancer une enquête pénale. Plus...

Plainte de l'autorité de la concurrence contre VW

Etats-Unis La justice américaine va se pencher sur le cas des moteurs diesel de Volkswagen. Plus...

«VW»: et maintenant la pédale défectueuse

Voitures rappelées Des milliers de Volkswagen Touareg et de Porsche Cayenne, tous assemblés entre 2011 et 2016, sont rappelés. Plus...

Volkswagen: pluie de plaintes en Allemagne

Scandale Le constructeur automobile fait déjà face à des demandes de dommages et intérêts de plus de 5,5 milliards de francs. Plus...

Volkswagen : Schäuble dit «ne pas comprendre»

Allemagne Le ministre des Finances fustige les dirigeants qui s'accrochent à leur bonus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...