Le World Wide Web a 30 ans. Est-il devenu un monstre?

TechnologiesEn 1989, l’informaticien britannique Tim Berners-Lee a créé, au CERN, le web, ou la Toile, en référence à l’araignée. Sa révolution? Les hypertextes, des liens où l’on retrouve tout et où l'on n'oublie rien.

Vidéo: Lucie Monnat & Océane Haenni

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ne dites jamais à Tim Berners-Lee ni à son associé, Robert Cailliau, qu’ils ont inventé internet. L’histoire d’internet remonte bien avant la naissance du World Wide Web et l’interconnexion de réseaux informatiques n’est surtout pas de leur fait. Cette dernière remonte à 1960, à l’irruption des réseaux de télécommunication et au moment où un informaticien du Département américain de la défense, J.C.R Licklider, eut l’idée de connecter trois ordinateurs sur un seul plutôt que de devoir surveiller les trois à la fois. En cela la véritable naissance d’internet date de 1969, lorsque le système ARPANET fut capable de relier des centraux d’ordinateurs entre eux. Et c’est donc à l’armée américaine que l’on doit la naissance de cette interconnectivité mondiale, et non au CERN et à ses collaborateurs qui créèrent le web.

Mais c’est à leur découverte qu’internet a pris, depuis les années 2000, son envol, des réseaux sociaux aux e-mails.

En ce 12 mars 2019, le Conseil européen pour la recherche nucléaire, le CERN, fête le trentième anniversaire de la naissance du fameux «www». À 8 heures, ce mardi matin, vont débuter les festivités. Tout d’abord, Tim Berners-Lee et Robert Cailliau, accompagnés d’autres pionniers du web, vont débattre des défis et des possibilités des technologies novatrices, du passé, du présent et du futur face aux défis que pose aujourd’hui cette technologie face à une nécessaire régulation, voire la taxation de la Toile. De Genève à Londres, en passant par internet, les débats sur ce «nouvel ordre mondial» sont ouverts à tous, via le site //web30.web.cern.ch/programme. Le débat est rude car, en 2019, la question du web ou d’internet ne se pose plus du tout de la même manière qu’à l’aube des années 1990.

Un Google avant Google

Il y a trente ans à peine, le 13 mars 1989, le web a propulsé la technologique d’internet hors des champs réservés de la science ou du militaire. Tim Berners-Lee, en concevant l’hypertexte (en clair, les liens), a expulsé cette technologie jusqu’alors fermée dans la stratosphère. En fait, ce chercheur en avait marre de replonger dans des archives textes, voire au fin fond de ses mails reçus le contenu dudit message, le renvoyant sur une ixième proposition à rechercher bêtement et de nouveau dans une bibliothèque ou sur internet.

Sur sa proposition, le CERN a ainsi développé la technologie de l’hypertexte qui, depuis trente ans, permet à tout à chacun de retrouver des archives, des publications de référence, de remonter par arborescences aux sources d’une découverte scientifique, puis, par extension, à toutes sources numérisées en littérature, sciences politiques, histoire, relations internationales, culture, évolutions économiques ou médias. Ce faisant, le World Wide Web de Tim Berners-Lee a donné accès au savoir du monde, via internet, à tout un chacun, où qu’il soit et quels que soient sa culture ou son niveau d’éducation. Le Web était alors un véritable idéal: celui de la démocratie et de l’égalité des chances. «L’hypertexte, affirmait-il, permet à tout humain d’avoir accès à une connaissance accessible à tous et de se libérer de toutes contraintes (ndlr: idéologiques, religieuses, politiques ou autres).»


Lire aussi : L’inventeur du web s’attelle désormais à réparer son œuvre


C’était alors le rêve d’émancipation de l’humanité de Timothy John Berners-Lee, né le 8 juin 1955 à Londres, fait chevalier par la reine Élisabeth II et qui préside depuis 1994 le World Wide Consortium. Y croit-il toujours autant aujourd’hui? Le 12 mars 2017, à l'occasion du 28e anniversaire du web, Tim Berners-Lee a publié une lettre ouverte dans laquelle il exposait son avis sur les trois problèmes empêchant le net de «réaliser son vrai potentiel d'outil au service de toute l'humanité»: les fake news, la manipulation politique, suspectée notamment dans le cas de l’élection de Donald Trump, et l'usage abusif de données personnelles. Il s’interroge alors. A-t-il engendré un monstre? Il s’en expliquera ce mardi matin au CERN.

Créé: 13.03.2019, 09h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.