Joies et désespoirs du Grand Conseil

VD2017La prime au sortant ne paye pas toujours. Certaines figures se prennent des vestes et de petits nouveaux piquent des places.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si la composition du Conseil d’Etat semble presque immuable, le Grand Conseil, lui, se régénère pour un tiers de ses 150 députés. Un tournus qui signifie une fin de parcours pour des parlementaires vaudois qui n’auront que très peu goûté aux salles flambant neuves du nouveau Parlement inauguré Vendredi-Saint.

Le Grand Conseil peine parfois à exister face à un Exécutif très fort. Ce renouvellement de députés peut-il contribuer à modifier les rapports? L’élan pourrait venir d’un spécialiste des sports de combat… Le judoka Sergei Aschwanden, médaillé olympique, fait son entrée dans le gotha de la politique vaudoise sous les couleurs PLR. Chez les Verts, l’ancien conseiller national Christian van Singer réussit à décrocher un strapontin après son échec aux élections fédérales. La conseillère nationale Vert’libérale Isabelle Chevalley signe elle aussi son retour. En revanche au centre, les meilleurs ennemis démocrates-chrétiens échouent: ni le conseiller national PDC Claude Béglé, ni l’ancien conseiller national Jacques Neirynck ne siégeront à la Cité.

Au rayon des relations toujours très compliquées entre communes et Canton, les acteurs changent. La ville d’Yverdon place son syndic Jean-Daniel Carrard (PLR) et son municipal Pierre Dessemontet (PS) alors que Lausanne n’a vu aucun membre de son Exécutif se représenter. Le syndic de Morges, Vincent Jacques (PS), fait aussi son arrivée tout comme Maurice Gay (PLR), municipal à Nyon. Les communes seront aussi représentées par la présidente de l’Association des communes vaudoises, Joséphine Byrne-Garelli (PLR). Compensera-t-elle le départ de la syndique de Bussigny et présidente de l’Union des communes vaudoises, Claudine Wyssa (PLR), qui ne s’est pas représentée? A l’inverse, quatre syndics sortants n’ont pas été élus. Gérald Cretegny, de Gland (AdC), Julien Cuérel, de Baulmes (UDC), Christian Kunze, de Chavornay (PLR) et Philippe Grobéty (PLR), des Diablerets, se prennent une veste. La non-réélection de l’Ormonan, peut-être pénalisé par les bisbilles internes à la station, signifie un affaiblissement de la représentation des Alpes vaudoises.

Aux extrémités de l'hémicycle, ça bouge aussi. Deux figures de l’UDC ayant participé aux guerres intestines de la section vaudoise se voient sanctionnées par les électeurs: l’ancienne présidente du parti, Fabienne Despot, à Vevey (UDC), et l’ancien secrétaire général, devenu PLC, Claude-Alain Voiblet, à Lausanne.

Le Veveysan Bastien Schobinger doit lui aussi céder son siège. A l’UDC toujours, certaines greffes n’ont pas pris. Lena Lio, ex-Vert’libérale, n’est pas réélue et Christine Bussat, fondatrice de la Marche Blanche arrivée au parti en avril 2016, a raté son entrée au parlement vaudois.

Transfuge malheureux toujours, mais cette fois de l’autre côté de l’échiquier politique: le grand défenseur des chiens Marc Oran (ex-socialiste passé au POP) n’est pas réélu. La gauche radicale perd aussi l’une de ses figures historiques, puisque la popiste lausannoise Christiane Jaquet-Berger ne conserve pas son siège pour 65 voix. Le patronyme «berger» est-il maudit? Deux figures du PS trébuchent: le président du Syndicat du service public Vaud Julien Eggenberger (Lausanne) et l’avocat de la Riviera Nicolas Mattenberger.

La gauche radicale compte des petits nouveaux à la notoriété déjà établie: le Lausannois Hadrien Buclin (SolidaritéS) et le Veveysan Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives), tous deux candidats au Conseil d’Etat. Et… Marc Vuilleumier (POP). L’ancien municipal lausannois avait quitté les bancs du Grand Conseil au début des années 2000. Au PS, Pierre Zwahlen signe son retour après un break d’une législature. Deux récents élus au Conseil lausannois le rejoignent: Sarah Neumann, cheffe de groupe et Arnaud Bouverat, secrétaire syndical. Les Verts font pareil en plaçant la présidente lausannoise, Léonore Porchet, et la cheffe de groupe, Séverine Evéquoz. A contrario, le président cantonal, Alberto Mocchi, boit la tasse dans le Gros-de-Vaud pour 4 voix. Alors qu’au PLR, la vice-présidente cantonale Florence Gross décroche sa place tout comme la présidente de la section lausannoise Florence Bettschart-Narbel. (24 heures)

Créé: 01.05.2017, 22h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

CarPostal franchit la ligne, paru le 16 juin
(Image: Valott) Plus...