Qui va briguer le 2e siège UDC au Conseil fédéral?

Ronde des candidatsAlors que tout le monde politique est suspendu à la décision d'Eveline Widmer-Schlumpf sur son départ du Conseil fédéral, voici les principaux papables UDC à sa succession.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grande gagnante des élections fédérales, l'UDC revendique un 2e siège au Conseil fédéral. Et son souhait a de fortes chances d'aboutir puisque le PDC a reconnu ce week-end la légitimité de cette demande. Les carottes semblent donc être cuites pour Eveline Widmer-Schlumpf qui risque fort de ne pas avoir de majorité sous la Coupole le 9 décembre, jour de l'élection du Conseil fédéral. Du coup, la ronde des papables UDC à sa succession va en s'amplifiant. Tour d'horizon des noms les plus cités.

Un grand favori

La liste des candidats est longue. L'un des favoris qui revient le plus souvent est le Grison Heinz Brand, 61 ans, président de Santésuisse et réélu avec brio au Conseil national le 18 octobre. Considéré comme le «Monsieur Asile» de l'UDC, il a été l'ex-chef de la police des étrangers dans son canton, celui-là même qui avait placé des requérants récalcitrants dans des simples containers, rappelle Le Temps ce mardi. Les observateurs le verraient bien reprendre le Département de Justice et police s'il est élu. Mais il incarne la ligne dure du parti, ce qui peut déranger au Parlement.

Autre favori évoqué, le directeur zougois des constructions Heinz Tännler. Mais celui-ci traîne une casserole: il a été cadre à la FIFA. Il faisait déjà partie des candidats retenus en 2011. En outre, l'homme a annoncé qu'il ne souhaitait pas le Conseil fédéral et qu'il ne se mettrait pas à disposition du parti.

Un Schaffhousois?

La solution pourrait venir de Schaffhouse, où les noms du sénateur Hannes Germann et du député Thomas Hurter circulent. Le premier pourrait séduire la gauche et le centre-droit de par son soutien aux bilatérales et son engagement passé contre une initiative touchant l'asile. Mais ce profil pourrait le rendre suspect dans son propre parti.

Quant à Thomas Hurter, fidèle à la ligne interne, il n'apparaît pas parmi les premiers choix au sein de l'UDC. En outre, ce pilote s'était fait connaître dans le dossier Gripen, où il avait combattu le choix de l'avion décidé par Ueli Maurer.

Ou un Vaudois?

La solution pourrait venir de Suisse romande, avec la candidature du conseiller national Guy Parmelin. Le Vaudois est candidat à la candidature, et l'UDC locale décidera de son sort le 11 novembre prochain. Mais comme le souligne 24 heures mardi, la route vers le siège suprême est longue et le politicien s'attaque à une forteresse puisque les 14 Vaudois élus au Conseil fédéral ont tous été radicaux. Mais le fait que que les présidents du PS et du PDC Christian Levrat et Christophe Darbellay ont clamé qu'ils n'éliraient qu'un UDC latin, joue en sa faveur.

Autre candidat romand à avoir manifesté son intérêt: Oskar Freysinger. Le Valaisan avait indiqué être à la disposition de son parti si son profil était utile. Mais selon le temps, l'homme au catogan, champion de la provocation, est trop imprévisible pour avoir de réelles chances.

La représentation de la Suisse orientale a également été décrite comme faisant partie des parents pauvres au Conseil fédéral. Le conseiller aux Etats thurgovien Roland Eberle aurait donc de bonnes chances de succès, tout comme l'entrepreneur du même canton Peter Spuhler, ancien conseiller national. Ce dernier possède l'avantage d'avoir appuyé publiquement les bilatérales. Mais les deux hommes avaient renoncé à briguer le poste en 2011, alors que leur parti leur faisait la cour.

Décision le 20 novembre

Dix noms figureraient actuellement sur la liste des candidats retenus par la commission de sélection du parti. Les sections cantonales ont jusqu'au 13 novembre pour faire part de leur nomination définitive.

La commission transmettra ses recommandations au groupe parlementaire le 16 novembre. Celui-ci choisira le ou les candidats qu'il veut envoyer dans la course le 20 novembre.

Créé: 27.10.2015, 13h28

Articles en relation

Le départ d'Eveline Widmer-Schlumpf imminent?

Conseil fédéral Les médias alémaniques anticipent le sort de la conseillère fédérale, dont le départ ne fait guère de doutes à leurs yeux. Plus...

Widmer-Schlumpf pour forcer l'union du centre?

Alliances PDC, Vert'libéraux et PBD se cherchent un avenir commun. De leurs débats dépend le sort de la conseillère fédérale grisonne. Plus...

Bras de fer pour un siège gouvernemental

Revue de presse Les journaux suisses se penchent sur la stratégie des partis du centre pour éviter que l'UDC n'accapare le siège d'Eveline Widmer-Schlumpf au gouvernement. Plus...

La stratégie UDC pour gagner au Conseil fédéral

Politique Le parti nationaliste avance ses pions pour éjecter en douceur Eveline Widmer-Schlumpf. Analyse des cinq points-clés. Plus...

Le dilemme cornélien d’Eveline Widmer-Schlumpf

Conseil fédéral Battre en retraite ou briguer un nouveau mandat, ne serait-ce que pour mettre la pression sur l’UDC et offrir un vrai choix au parlement: la Grisonne devrait vite trancher. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...