Fabienne Despot: «Les histoires de cet été n’ont pas eu d’impact négatif»

UDCLargement battue, la présidente de l'UDC Vaud revient sur le score de son parti.

Fabienne Despot, ici au stamm de l'UDC au palais de Rumine.

Fabienne Despot, ici au stamm de l'UDC au palais de Rumine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bien malin qui pouvait prédire le résultat de l’UDC dans le canton de Vaud. Car si le parti avait le vent en poupe dans les sondages nationaux, la section vaudoise, minée par des luttes de clans, a vécu un été pourri avec la révélation que sa présidente, Fabienne Despot, candidate au National et aux Etats, avait enregistré une conversation avec deux huiles du parti à leur insu avant une réunion. Elle en paie le prix au vu de son score personnel, mais son parti s’en tire bien, préfère-t-elle relever.

– Que vous inspirent les résultats de l’UDC vaudoise ce soir?
– En tenant compte des suffrages de la liste Jeunes UDC, qui fait mieux qu’en 2011, nous devrions légèrement progresser. Même si nous ne décrochons pas le cinquième siège que nous espérions, nous consolidons nos résultats et c’est l’essentiel. Je pensais que nous progresserions sur le plan national, car j’ai senti ce ras-le-bol des citoyens, qui allait se traduire par un vote UDC. Dans le canton de Vaud, cette tendance a compensé l’impact négatif des histoires qui se sont passées cet été. Il était bien difficile de prévoir quelles en seraient les retombées. J’ai eu peur que l’on recule à cause de cela, mais ce n’est pas le cas. Je suis rassurée.

– C’est plutôt votre candidature qui semble subir les conséquences des «affaires» de l’UDC vaudoise…
– Oui. A titre personnel je suis déçue, car j’espérais figurer parmi les six premiers candidats au Conseil national. Je suis distancée mais ce n’est pas un grand choc car cela faisait partie des choses que j’avais envisagées. L’électeur aurait pu retenir de cette histoire ma ténacité et mon courage face à l’adversité, des qualités qui sont importantes pour siéger à Berne. Mais ce n’est pas ce qu’a relevé la presse, notamment 24 heures, qui a appuyé sur le côté négatif.

– Votre colistier, Michaël Buffat, se place devant vous au premier tour pour le Conseil des Etats. Est-ce à dire que ce sera lui le candidat UDC au second tour?
– Probablement. En fait, nous avons plusieurs options qui s’offrent à nous et qui seront discutées avec le PLR demain matin (ndlr: ce matin) avant notre congrès du soir. L’une d’elles serait de ne présenter personne et d’appeler à voter pour Olivier Français, c’est ce que désire le PLR évidemment. Nous pourrions représenter nos deux candidats, mais cela semble peu opportun. Le plus probable, c’est que nous ne présentions qu’un candidat: Michaël Buffat, qui a fait un meilleur score que moi et qui a l’avantage d’être élu au Conseil national.

– Allez-vous faire liste commune avec le candidat libéral-radical?
– Je ne peux pas vous le dire à ce stade. Une droite unie et forte, comme il y a quatre ans, c’est ce que l’on a réclamé depuis le départ. Mais le PLR n’a pas voulu s’apparenter avec nous cette année. Donc rien n’est décidé, tout reste ouvert. (24 heures)

Créé: 18.10.2015, 22h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 mars 2019.
(Image: Bénédicte) Plus...