Guy Parmelin au Conseil fédéral 17 ans après Delamuraz

PortraitGuy Parmelin a été élu pour succéder à Eveline Widmer-Schlumpf. Avec lui, un Vaudois est de retour au Conseil fédéral.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sympathique, sérieux mais sans grand relief: Guy Parmelin aura à cœur de démentir cette image un peu pâle et de montrer qu'il peut être un homme d'Etat.

L'agrarien plutôt centriste a durci ses positions depuis qu'il siège à Berne. Avec lui, un Vaudois est de retour au Conseil fédéral, 17 ans après le retrait de Jean-Pascal Delamuraz.

Une ligne claire

Guy Parmelin revendique une ligne claire, proche de celle de son parti suisse. Il s'est engagé à défendre fermement le programme UDC au sein du Conseil fédéral. Mais il a promis qu'il présentera ensuite collégialement les options majoritaires du collège.

«Je suis à 95% le programme de mon parti, avec quelques nuances sur des objets de société comme l'interruption de grossesse ou le diagnostic préimplantatoire, pour lequel j'ai voté oui», explique l'agriculteur-viticulteur de Bursins, sur la Côte vaudoise.

Du latin à la ferme

Après avoir décroché un baccalauréat latin-anglais, Guy Parmelin, 56 ans, s'est tourné vers l'agriculture. Il est co-propriétaire, avec son frère, d'un domaine de 36 hectares de grandes cultures, dont cinq en vignes. Aujourd'hui, il voue l'essentiel de son temps à la politique, consacrant quelque 20% à sa ferme.

A Lausanne, ce terrien a laissé l'image d'un UDC plutôt centriste et pragmatique. Il a siégé au Grand Conseil et présidé l'UDC vaudoise. Il était considéré comme le successeur naturel de feu le conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud, mais il a refusé de se lancer, sonnant le glas du siège UDC au gouvernement, ce que certains lui reprochent.

Arrivé en 2003 au Conseil national, Guy Parmelin se plaît à Berne. Il s'est fait connaître comme un homme de dossiers solide et ouvert au dialogue. Il préside la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique et fait partie de celle de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie.

Ligne dure

Au contact de la scène fédérale, il a radicalisé ses positions. Il reconnaît avoir changé en matière de politique sociale. «Je suis devenu assez dur, ou plus réaliste, c'est selon», explique-t-il. «Les faits montrent que si l'on continue à développer les prestations sociales, sans priorité, on va dans le mur», ajoute-t-il.

Tous louent son caractère agréable et sa bonhomie toute vaudoise. «Il y a une manière de dire les choses. Il n'y a pas besoin de hurler, ni d'utiliser un vocabulaire excessif». Guy Parmelin, marié et sans enfant, aime voyager et écouter de la musique classique. Il est aussi un lecteur assidu de biographies et de bandes dessinées.

Pas un homme d'exécutif

Handicap: l'homme n'a pas d'expérience dans un exécutif, mais c'était aussi le cas d'Alain Berset, rappelle-t-il. Il s'est présenté comme «le» candidat de l'Arc lémanique, alors qu'il s'est retrouvé en porte-à-faux avec la région sur des sujets importants comme l'immigration de masse ou le fonds d'infrastructures ferroviaires.

En 1992 - «encore jeune et naïf», dit-il -, il avait voté oui à l'Espace économique européen (EEE). Vingt ans plus tard, il a fait partie du comité d'initiative contre l'immigration de masse, dont l'application tient du casse-tête. Il estime qu'à terme, la Suisse et l'Union européenne trouveront un accord, sans remettre en cause les bilatérales.

Compétences linguistiques

Guy Parmelin ne parle pas le suisse allemand et admet ne pas être «Arena-compatible» (l'émission de débat politique de la TV alémanique), même si sa femme est d'origine alémanique. Il estime qu'il «se débrouille» en allemand. Après les auditions devant les groupes parlementaires, il s'est fait épingler pour ses compétences linguistiques limitées, surtout en anglais. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2015, 12h10

Élu au Conseil fédéral comme représentant du canton de Vaud le 7 décembre 1983, Jean-Pascal Delamuraz démissionne le 14 janvier 1998 et quitte ses fonctions de chef de département le 30 mars 1998. Il est décédé le 4 octobre 1998. (Image: Keystone )

Articles en relation

Guy Parmelin est élu au Conseil fédéral!

Election du Conseil fédéral Le Vaudois a remporté haut la main le troisième tour devant ses deux concurrents Thomas Aeschi et Norman Gobbi. Il est élu avec 138 voix. Plus...

La Municipalité du Chenit gagnera plus

Vallée de Joux Le Conseil communal a accepté lundi de revoir à la hausse l’indemnisation du syndic et des municipaux pour la nouvelle législature. Plus...

Hommage à Corina Casanova

Suisse Après l'hommage à Eveline Widmer-Schlumpf, la présidente du Conseil national Christa Markwalder s'est adressée à la chancelière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...