Les partis réagissent au départ d'Eveline Widmer-Schlumpf

Conseil fédéralLes formations politiques ont pris acte du retrait de la conseillère fédérale qui ouvre la voie à un second siège UDC au gouvernement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prenant acte de la décision d'Eveline Widmer-Schlumpf, Christian Levrat attend que les partis du centre et de droite se positionnent en vue de l'élection au Conseil fédéral avant d'évoquer une quelconque candidature privilégiée par le PS. Le président du parti soutiendra un candidat qui s'engage à respecter l'Etat de droit.

«On attend des candidats qu'ils s'engagent à respecter les accords bilatéraux, la Convention européenne des droits de l'homme qui est le coeur de l'Etat de droit, et la collégialité», a dit mercredi Christian Levrat à l'ats. Ces trois éléments sont des impératifs pour le Parti socialiste.

Quant à savoir si l'UDC est désormais promise à un deuxième siège, le scénario n'est pas encore joué, selon le conseiller aux Etats (PS/FR). «Cela a toujours été l'Assemblée fédérale qui a élu les conseillers fédéraux. On entendra tous les candidats», a déclaré Christian Levrat.

Hommage chez les Verts

Chez les Verts, la co-présidente Adèle Thorens regrette vivement la décision d'Eveline Widmer-Schlumpf. Les Verts l'auraient soutenue pour un prochain mandat. Vu que ce n'est plus d'actualité, ils accorderaient leurs voix à un candidat du centre.

Les écologistes ne voteront en aucun cas pour un candidat qui ne respecte pas les droits de l'homme, qui remet en cause l'Etat de droit et la place de la Suisse au sein de l'Europe, a indiqué Adèle Thorens mercredi soir.

«Les Verts n'ont pas voté pour Ueli Maurer à l'époque et nous n'avons pas changé de ligne à ce sujet. La balle est maintenant dans le camp des partis du centre, qui sont légitimés à revendiquer ce siège. C'est une solution qu'on soutiendrait «a précisé la co-présidente des Verts.

Avant toute considération partisane, la priorité des Verts est d'éviter un Conseil fédéral avec une droite dure qui remette en cause de nombreux dossiers, notamment celui de la stratégie énergétique, a expliqué Adèle Thorens.

Pas de candidature PDC

Le PDC regrette le départ d'Eveline Widmer-Schlumpf du Conseil fédéral. Pas question pourtant de songer à un renforcement du centre le 9 décembre prochain, a indiqué son président Christophe Darbellay. L'UDC a la légitimité à un deuxième siège au gouvernement.

Interrogé sur une éventuelle deuxième candidature du centre le 9 décembre, le président PDC rejette d'emblée un tel scénario: «Après l'occasion ratée du PBD l'an dernier, il s'agit maintenant de trouver une collaboration sur des sujets concrets, un travail qui devra se faire au cours de la prochaine législature».

Dans cette optique, lui-même n'est pas candidat et le deuxième siège des libéraux-radicaux n'est pas menacé. Mais la position des PLR pourrait changer si le centre parvient à créer une véritable coalition.

Christophe Darbellay n'a pas manqué de saluer le travail de la ministre des finances grisonne, une «personnalité hors du commun qui aura beaucoup apporté à la Suisse». Eveline Widmer-Schlumpf a su mener de grandes réformes malgré l'opposition constante des milieux concernés, a-t-il dit en substance. «On peut lui tirer un grand coup de chapeau».

Les Verts'Lib pour un candidat collégial

La présidente du groupe parlementaire des Vert'libéraux Tiana Angelina Moser est claire: l'UDC a droit à un deuxième siège au Conseil fédéral compte tenu de sa force électorale. «Mais le parti doit présenter des candidats qui soient capables de travailler de manière constructive».

Un candidat UDC au gouvernement ne doit pas faire de l'opposition, selon la conseillère nationale zurichoise. Elle n'a pas voulu citer de noms mais a laissé entendre que certaines personnalités au sein du parti conservateur étaient très polarisées et pourraient difficilement être élues.

A la question de savoir si les partis du centre réclameraient un deuxième siège, Mme Moser a répondu que cela ne serait pas exclu à plus long terme. Mais la question ne se pose pas en ce moment. «Les partis aux extrêmes ont clairement droit à siéger au Conseil fédéral, le centre moins», selon elle.

La vert'libérale a loué au passage le travail fourni par la conseillère fédérale sortante Eveline Widmer-Schlumpf. «Elle a fait vraiment du bon boulot et sa prestation lors de la conférence de presse était forte».

Le PBD orphelin

De son côté, le PBD compte s'engager pour un rapprochement des partis du centre. Une attitude constructive et bourgeoise est à cette fin plus nécessaire que jamais, a fait savoir le parti mercredi dans un communiqué.

Pour le Parti bourgeois-démocrate, le départ de sa conseillère fédérale ouvre une période à laquelle il s'est déjà, petit à petit, préparé. Il s'agit d'adopter des positions constructives et orientées vers des solutions sur toutes les questions importantes, écrit-il.

S'il regrette le retrait de la ministre des finances, le parti comprend cependant sa décision. Avec son départ, le gouvernement suisse perd une personnalité «impressionnante», aux accomplissements tout aussi impressionnants, souligne le PBD.

En tant que femme compétente et courageuse, Eveline Widmer-Schlumpf a su gagner un profond respect, ceci dans un contexte très exigeant fait de changements et de bouleversements, affirme le parti de centre-droit. Elle a souvent été en avance sur son temps, et a mené à bien de nombreuses réformes importantes, malgré une forte opposition. Le PBD se dit très fier, admiratif et reconnaissant.

L'heure de l'UDC est arrivée

Conséquence du départ d'Eveline Widmer-Schlumpf, l'UDC doit obtenir un deuxième siège au Conseil fédéral, estime le PLR. Les libéraux-radicaux sont d'avis que la force des partis doit se refléter au gouvernement.

Les trois formations qui ont engrangé le plus de voix lors des élections fédérales du 18 octobre doivent donc occuper chacune deux fauteuils de ministres. Le dernier mandat doit revenir au quatrième parti le plus représenté, écrit le PLR dans un communiqué publié mercredi.

Le «grand vieux parti» remercie par ailleurs Eveline Widmer-Schlumpf pour le travail accompli et son engagement au service de la Suisse. Ses deux conseillers fédéraux, Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann se représentent pour l'élection du 9 décembre.

Sobre UDC

L'UDC est prêt à assumer des responsabilités supplémentaires au Conseil fédéral, a indiqué mercredi la formation après l'annonce du départ d'Eveline Widmer-Schlumpf. Il revient désormais au Parlement d'intégrer à sa juste mesure le parti le plus fort au gouvernement et d'assurer la stabilité.

Les autres partis doivent maintenant se positionner pour dire s'ils reviennent au système établi de la formule magique, écrit l'UDC qui se contente de prendre connaissance du retrait de Mme Widmer-Schlumpf. Il présentera au moins une candidature pour un deuxième siège au Conseil fédéral.

Le calendrier est ainsi maintenu: les sections cantonales ont jusqu'au 13 novembre pour présenter les candidatures définitives au comité de sélection. Le groupe parlementaire décidera le 20 novembre qui il présentera à l'Assemblée fédérale.

(ats/nxp)

Créé: 28.10.2015, 18h40

Galerie photo

Les élections fédérales en Suisse

Les élections fédérales en Suisse Les Suisses choisissent leur nouveau Parlement dimanche.

Articles en relation

Eveline Widmer-Schlumpf jette l'éponge

Conseil fédéral La décision de la Grisonne était fortement attendue depuis les élections fédérales du 18 octobre, qui se sont soldées par un recul de son parti et une forte avancée de l'UDC et du PLR. Plus...

Les banquiers regrettent le départ de Widmer-Schlumpf

Hommage L'association faîtière de la place financière helvétique souligne que la cheffe des Finances «a défendu résolument les intérêts de la Suisse et de la place financière au niveau international». Plus...

EWS: un passage au Conseil fédéral dans la norme

Longévité au gouvernement Eveline Widmer-Schlumpf, 59 ans, quittera le Conseil fédéral après huit ans d'exercice. Elle ne se distinguera ni par sa longévité, ni par son âge. Plus...

Eveline Widmer-Schlumpf ne se représentera pas

Conseil fédéral La conseillère fédérale a annoncé qu'elle ne se représenterait pas à la réélection au Conseil fédéral au début décembre, quittant le gouvernement après huit années. Plus...

Guy Parmelin candidat à la candidature au Conseil fédéral

Fédérales 2015 La candidature de l'UDC vaudois en vue du Conseil fédéral a été appuyée par les instances dirigeantes du parti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.