Passer au contenu principal

Élections fédéralesLe PLR démolit la campagne des socialistes

Pour sa campagne en vue des élections fédérales d'octobre, le Parti libéral-radical a passé à la moulinette les solutions du PS présentées dans la matinée.

Karin Keller-Sutter, Philipp Müller et Christian Lüscher sont venus présenter le programme du PLR et surtout démolir celui du PS.
Karin Keller-Sutter, Philipp Müller et Christian Lüscher sont venus présenter le programme du PLR et surtout démolir celui du PS.
Keystone

Le Parti libéral-radical (PLR) est doté d'un budget 3 à 3,5 millions de francs pour sa campagne pour les élections fédérales d'octobre. Passant à la moulinette les solutions socialistes exposées en matinée, la formation a vanté ses recettes libérales bénéfiques à l'économie et à l'emploi.

Paquet-cadeau électoral

«A en croire le programme du PS, les élections fédérales n'ont pas lieu le 18 octobre, mais le 25 décembre, car ses propositions ont tout de cadeaux de Noël», a lancé le conseiller national genevois Christian Lüscher devant les médias mardi 18 août à Berne. Les plans du parti à la rose «ne sont pas finançables, et nuisent à la compétitivité de la Suisse en multipliant les règles».

Voulu par la gauche, le bonus de 70 francs mensuels ajouté la veille par la commission compétente du Conseil des Etats au projet de réforme de la prévoyance vieillesse entre dans cet ordre d'idées. «Cela ne va qu'accentuer les difficultés structurelles de l'AVS», a déploré la conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter (SG), précisant que le PLR soutenait sinon globalement le projet du Conseil fédéral.

Devant les tribunaux

Flanqué de son président et conseiller national Philipp Müller (AG), le tribun romand a, entre autres, battu en brèche toute intervention de l'Etat contre les licenciements des travailleurs âgés. Il rappelle que les discriminations salariales entre hommes et femmes peuvent déjà être attaquées devant les tribunaux.

«Je peux vous assurer que toutes les entreprises sont conscientes du fait que leurs collaborateurs constituent leur plus précieuse richesse», a renchéri Philipp Müller, lui-même patron. «Le PS veut toujours sanctionner les entreprises. Pourtant, celles-ci créent aussi des emplois.»

Au sujet de l'offre de logements à loyers abordables, les libéraux-radicaux continuent de miser sur la diminution des régulations, pour favoriser la construction. D'ailleurs, le parc disponible suffit, selon le député argovien: «Il y a aujourd'hui quelque 70'000 appartements vides dans tout le pays, une tendance en hausse».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.