Passer au contenu principal

Eveline Widmer-SchlumpfUne rente d'un peu plus de 200'000 francs

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf touchera la moitié de son salaire actuel dès qu'elle quittera le gouvernement.

Après avoir fait durer le suspense, Eveline Widmer-Schlumpf a annoncé mercredi qu'elle ne se représentera pas le 9 décembre. Elle avait été élue en 2007 par l'Assemblée fédérale à la place de Christoph Blocher. (Mercredi 28 octobre 2015)
Après avoir fait durer le suspense, Eveline Widmer-Schlumpf a annoncé mercredi qu'elle ne se représentera pas le 9 décembre. Elle avait été élue en 2007 par l'Assemblée fédérale à la place de Christoph Blocher. (Mercredi 28 octobre 2015)
Keystone
La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf dans sa première conférence de presse après les élections fédérales 2015. Elle s'amuse des questions des journalistes qui essaient de lui tirer les vers du nez quant à ses intentions de démissionner ou non. (Mercredi 21 octobre 2015)
La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf dans sa première conférence de presse après les élections fédérales 2015. Elle s'amuse des questions des journalistes qui essaient de lui tirer les vers du nez quant à ses intentions de démissionner ou non. (Mercredi 21 octobre 2015)
Keystone
Eveline Widmer-Schlumpf peut quitter Berne la tête haute.
Eveline Widmer-Schlumpf peut quitter Berne la tête haute.
Keystone
1 / 31

Dès qu'elle aura quitté le Conseil fédéral, Eveline Widmer-Schlumpf aura droit à une rente annuelle d'un peu plus de 200'000 francs, ce qui correspond à la moitié de son salaire actuel. Si elle reprend une activité lucrative, cette somme sera réduite.

Les pensions des ex-conseillers fédéraux correspondent à la moitié du salaire brut des magistrats en exercice. Seuls les ministres qui se retirent après au moins quatre ans ou pour des raisons de santé ont droit à la rente complète.

L'arrêté fédéral sur les traitements des magistrats prévoit qu'ils ne doivent pas gagner plus à leur retraite que leurs collègues en fonction.

Ainsi, les anciens ministres qui décident d'exercer une activité lucrative ou qui siègent dans des conseils d'administration doivent rétrocéder à la Confédération ce qu'ils gagnent de plus qu'un magistrat en place.

Les anciens conseillers fédéraux restent libres d'assumer un mandat rémunéré après leur sortie de l'exécutif. Le Parlement a refusé de leur imposer un délai d'attente. Le gouvernement s'est toutefois doté d'un code de conduite qui les enjoints à prendre les précautions nécessaires pour éviter les conflits d'intérêts.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.