Passer au contenu principal

Conseil fédéralUne répartition de départements ouverte

Il n'est donc pas acquis que le nouveau venu Guy Parmelin reprenne le Département des finances laissé vacant Eveline Widmer-Schlumpf.

Le Vaudois Guy Parmelin, fraîchement élu mercredi, préférerait l'intérieur.
Le Vaudois Guy Parmelin, fraîchement élu mercredi, préférerait l'intérieur.

Le président de l'UDC, Toni Brunner s'attend à des rocades de départements lors de leur répartition en séance du Conseil fédéral, vendredi en principe. Mais il n'en dit pas davantage. Ses homologues sont encore plus discrets.

Il n'est donc pas acquis que le nouveau venu Guy Parmelin reprenne le Département des finances que laisse vacant Eveline Widmer-Schlumpf. Le politologue à l'université de Genève Pascal Sciarini juge même difficile d'imaginer le Vaudois à la tête des finances.

«Son élection ne rend pas facile la répartition des dicastères. Si Thomas Aeschi avait été élu, on aurait sans autre pu lui confier les finances», estime M.Sciarini.

Vu son expérience parlementaire, le Vaudois préférerait l'intérieur. Or, il est difficile d'imaginer Alain Berset «lâcher son dicastère en plein milieu de la réforme sur les retraites», car cela signerait quasiment l'arrêt de mort de ce dossier, ajoute Pascal Sciarini. Et le même problème se pose pour plusieurs autres départements, où de gros dossiers sont en cours, notamment celui de Doris Leuthard.

En porte-à-faux avec son parti

Reste le Département de justice et police. Si Guy Parmelin se retrouve à sa tête, il aurait à défendre la position du Conseil fédéral contre l'UDC dans de nombreux dossiers, à commencer par celui de l'asile. Le Conseil fédéral devra en effet prochainement donner son avis sur le référendum que l'UDC vient de lancer sur la loi récemment adoptée par le Parlement sur l'asile.

Il devra également combattre l'initiative de l'UDC pour le renvoi effectif des étrangers criminels, soumise au peuple le 28 février prochain. Sans compter celle, intitulée «Le droit suisse au lieu de juges étrangers», encore en cours de signatures.

Pour que M.Parmelin se retrouve au DFJP, il faudrait que Simonetta Sommaruga l'abandonne, par exemple pour le Département des finances. On sait en effet que beaucoup à gauche ont émis le souhait de tenir les cordons de la bourse. Mais les partis bourgeois ne l'entendent pas de cette oreille, souligne Pascal Sciarini.

«No comment» des partis

Ce n'est pas auprès des autres partis qu'on en apprendra davantage. Le PS n'entend pas dévoiler ses préférences. Ce n'est pas public, a indiqué à l'ats le chef du groupe Roger Nordmann.

Le président du PLR Philipp Müller a quant à lui précisé à l'ats que la répartition des départements «est de la seule compétence» du Conseil fédéral. Il n'a donc rien voulu dire de plus. L'ats n'est pas parvenue à joindre la direction du PDC.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.