Les résultats dans les cantons latins

Elections fédéralesZoom sur les résultats des élections fédérales de dimanche.

Débat au Palais Fédéral suite à l'annonce des résultats.

Débat au Palais Fédéral suite à l'annonce des résultats. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Valais

Le PDC et l’UDC se renforcent

Même sans son mentor Oskar Freysinger, l’UDC continue sa percée en Valais. Le parti a gagné dimanche un deuxième siège au Conseil national, au terme d’un scrutin qui a mobilisé 59,7% des électeurs. Autre gagnant du jour, le PDC est parvenu à reconquérir son quatrième fauteuil perdu en 2011. Il faut dire que le jeu était plus ouvert cette année, le canton s’étant vu attribuer un 8e siège du fait de sa progression démographique. Mais il fallait un perdant: c’est le PS, qui, au bout du suspense, a dû abandonner l’un de ses deux mandats.

Au PDC, les sortants Yannick Buttet et Viola Amherd seront accompagnés par Géraldine Marchand-Balet et le chrétien-social haut-valaisan Roberto Schmidt, évincé de la Coupole en 2011. L’UDC sera représentée par Franz Ruppen et Jean-Luc Addor. Côté PLR, Philippe Nantermod déloge l’expérimenté Jean-René Germanier, qui briguait un quatrième mandat. Quant au PS, il ne pourra plus compter que sur son jeune chef de file Mathias Reynard.

Dans la course au Conseil des Etats, le PDC semble bien placé pour conserver les deux fauteuils qu'il occupe depuis plus d’un siècle et demi. Le sortant Jean-René Fournier (45'690 voix) et son colistier Beat Rieder (37'100) ont nettement distancé l’UDC Franz Ruppen (29'539 voix) et le PLR Pierre-Alain Grichting (28'357). Plus loin encore, l’ex-conseiller d’Etat socialiste Thomas Burgener, qui tentait un come-back en politique, doit déchanter (20'942 voix).

Y aura-t-il un second tour? C’est loin d’être certain, vu l’écart creusé par le duo PDC sur ses poursuivants. «En tout cas, nous partirions confiants», clame Serge Métrailler, président du PDC du Valais romand.
Patrick Monay


Jura

Anne Seydoux bat l’invincible Kohler

Dans le Jura, qui cumulait élections fédérales et élections cantonales, les regards étaient tournés dimanche vers le duel fratricide entre la sortante Anne Seydoux et Pierre Kohler pour le siège du PDC au Conseil des Etats. En dépit de sa réputation de machine à gagner, l’ancien maire de Delémont a dû se contenter de 7382 voix, alors que sa rivale en obtenait 14 275. Elle siégera avec le socialiste Claude Hêche, réélu avec 15 532 suffrages.

«Je n’ai pas fait campagne, ma campagne ne peut donc pas être qualifiée de mauvaise», a déclaré Pierre Kohler. Il a reconnu que cette défaite mettait un terme à sa carrière politique. «Mon travail à Berne a été reconnu par la population jurassienne», s’est réjouie de son côté Anne Seydoux.

A la Chambre du peuple, les deux sortants Jean-Paul Gschwind et Pierre-Alain Fridez n’ont pas été inquiétés. Le PDC a obtenu 8728 voix et le socialiste 8301 votes. «Les gens me connaissent depuis quarante ans, mon réseau c’est le terrain, les pieds dans la boue», a commenté le vétérinaire de Courchavon. Quant à Pierre-Alain Fridez, il a salué le résultat de la gauche, qui conserve un siège dans chaque Chambre.

L’hégémonie PDC-PS n’a pas été menacée par le PLR Gabriel Voirol, arrivé loin derrière avec 5163 voix. Quant à l’UDC, elle continue à piétiner dans le Jura: son premier candidat, Thomas Stettler, cinquième avec 4119 suffrages, vient derrière la PDC Karine Marti. La participation a atteint 55%.

Dans le Jura bernois, l’incertitude subsistait dimanche soir sur la possibilité de conserver un représentant en la personne de l’UDC de Cortébert Manfred Bühler.
Laurent Aubert


Neuchâtel

Denis de la Reussille élu au National

Surprise à Neuchâtel avec l’élection au Conseil national du popiste Denis de la Reussille. Il y a quatre ans, le maire du Locle avait échoué de justesse, malgré un gros score personnel. Cette fois-ci, il prend le troisième siège avec 10 921 voix, derrière l’unique sortant, le socialiste Jacques-André Maire (14 025), et le PLR Philippe Bauer (11'364).

En se plaçant au quatrième rang avec 8158 voix, l’UDC Raymond Clottu parvient à conserver le siège dont il avait hérité du démissionnaire Yvan Perrin en cours de législature. Finalement, c’est donc le PLR qui fait les frais de la réduction de cinq à quatre de la députation neuchâteloise à la Chambre basse. Avec des sortants qui ne se représentaient pas, le parti a dû proposer des candidats manquant de notoriété, dont Andreas Jurt, qui n’est pas parvenu à passer l’épaule face à Raymond Clottu.

Autres perdants, les Verts: leur candidat Fabien Fivaz n’a pas fait la moitié du score de leur allié Denis de la Reussille. «C’est important qu’un sortant reparte à Berne, vu les enjeux pour le canton qui y seront traités», a souligné Jacques-André Maire. De son côté, Fabien Fivaz n’a pas caché sa déception. «L’alliance POP-Verts doit être discutée», car elle a bien davantage bénéficié à Denis de la Reussille.

Pour l’élection au Conseil des Etats, en revanche, la logique a été respectée. Le socialiste Didier Berberat a été élu avec 16 837 voix et le PLR Raphaël Comte avec 15 080 suffrages. Ce dernier deviendra président de la Chambre des cantons en 2016. A ce scrutin aussi, Denis de la Reussille a cartonné, avec 9284 voix, devançant l’UDC Blaise Courvoisier (9008). La participation a atteint 43%.
L.AU.


Fribourg

L’UDC rafle l’un des trois sièges du PS

Les craintes de la gauche fribourgeoise se sont concrétisées dans les urnes: le Parti socialiste a perdu l’un de ses trois sièges au National, au profit de l’UDC. Contrairement à 2011, la liste PS n’a pas pu profiter de sa locomotive Christian Levrat, passé depuis lors au Conseil des Etats. En outre, ses alliés Verts et chrétiens-sociaux n’ont pas fait le poids. C’est une femme, la sortante Ursula Schneider Schüttel, qui a mordu la poussière. Et c’est l’agriculteur Pierre-André Page, 55 ans, député au Grand Conseil, qui siégera sous la Coupole fédérale dans les rangs du parti agrarien.

L’UDC devient ainsi le premier parti du canton avec 25,6% des suffrages, détrônant le PS (23,8%). «C’est un immense succès!» se réjouit Roland Mesot, président de la section cantonale. Les six autres conseillers nationaux sortants ont été réélus. Dans l’ordre: Jean-François Steiert (PS), Jean-François Rime (UDC), Dominique de Buman et Christine Bulliard-Marbach (PDC), Jacques Bourgeois (PLR) et Valérie Piller Carrard (PS).

Pour le Conseil des Etats, le scrutin de dimanche a débouché sur un ballottage général. Mais seul un spectaculaire retournement de situation, lors d’un éventuel second tour, pourrait remettre en cause la «formule magique» fribourgeoise. Les électeurs ont en effet plébiscité l’équilibre PS-PDC – mais aussi linguistique – en place depuis 2003. Avec 39 100 voix, Christian Levrat semble assuré de sa réélection, tandis que le conseiller d’Etat démocrate-chrétien Beat Vonlanthen (34 365) se place idéalement pour remplacer Urs Schwaller à Berne. Jacques Bourgeois et l’UDC Emanuel Waeber accusent respectivement 12 000 et 14 000 voix de retard sur le Singinois.
P.M.


Tessin

L’alliance Lega-UDC garde la main

Le rapport de force au sein de la députation tessinoise au Conseil national reste inchangé. Et il penche clairement à droite, comme en 2011. L’alliance Lega-UDC conserve ses trois sièges (sur un total de huit), les deux partis se permettant même d’augmenter leurs scores respectifs (+4,14% pour la Lega). Seule surprise, du côté de l’UDC: l’élection du député au Grand Conseil Marco Chiesa à la place du sortant Pierre Rusconi pour quelques centaines de voix.

Le PLR reste le premier parti au sud des Alpes, mais il échoue à reconquérir le troisième siège perdu il y a quatre ans. Echec également pour le PS, qui devra se contenter d’un seul siège, celui de Marina Carobbio. Les deux PDC ont été réélus. Les Verts sombrent, eux, à moins de 4%.

En ce qui concerne le Conseil des Etats, un second tour sera nécessaire. ll aura lieu le 15 novembre. Aucun candidat n’a obtenu la majorité absolue. Auteur du meilleur score, le chef du groupe PDC aux Chambres fédérales, Filippo Lombardi, devrait être réélu, tout comme l’autre sortant, Fabio Abate. Le libéral-radical dispose de près de 4200 voix d’avance sur le candidat Lega-UDC et néophyte en politique Battista Ghiggia.
Théo Allegrezza

Retrouvez les résultats genevois ici.

Créé: 19.10.2015, 00h13

Articles en relation

A Genève, le PLR triomphe et vole un siège aux écologistes

Résultats dans les cantons L’Entente PLR-PDC mord à gauche. L’UDC progresse s ur le do s du MCG. Il faudra un deuxième tour pour élire les conseillers aux Etats. Plus...

Le PS s’affirme comme le parti de gauche

Résultats nationaux Le parti socialiste limite les dégâts, grâce à un large spectre de thèmes et un personnel profilé. Plus...

Révélé il y a quatre ans, le «nouveau centre» est laminé

Résultats nationaux Composée du PDC, du PBD et des Vert’libéraux, l'alliance essuie un gros échec. Plus...

UDC et PLR, grands gagnants des élections

Résultats nationaux Pour des raisons opposées, les deux partis tenteront de faire du virage à droite leur victoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.