Le réveil des Parmelin, entre mesure et fierté

Election au Conseil fédéralA Bursins, le clan du Conseiller fédéral fraîchement élu a le triomphe modeste.

Guy Parmelin savoure ici son élection en famille, essentielle pour lui.?

Guy Parmelin savoure ici son élection en famille, essentielle pour lui.? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En me levant ce matin, je me suis demandée si je n’avais pas rêvé.» Valérie Cottet nous reçoit chez elle, sur les hauts de Bursins, en ce bel après-midi où le soleil frappe généreusement sur son visage radieux. La veille, la sœur de Guy Parmelin était en tribune, pour assister au triomphe de son aîné. «J’ai très bien dormi, mieux que les nuits précédentes. Mais je ne réalise toujours pas. Hier à la télévision, Darius Rochebin a appelé Guy «Monsieur le conseiller fédéral». C’est dingue, c’est un peu comme si on regardait un film. Un beau film.»

Homme de la terre, on l’a déjà beaucoup écrit, Guy Parmelin a ses racines à Bursins. Ses champs et ses vignes également. Et sa famille. «Il a gravi tous ces échelons et n’a jamais changé vis-à-vis de nous, poursuit Valérie Cottet. La famille est toujours restée très importante pour lui, ça restera le cas après son élection.»

«On le verra simplement encore un peu moins», sourit Jeanine Parmelin, la maman. Des parents fiers, mais bien Vaudois. Donc mesurés. «En fait, je ne croyais pas qu’il serait élu, tonne Richard, le père, d’un puissant accent vaudois. Et puis, on est habitués à le voir gagner des trucs. A l’école, il raflait déjà tous les prix.» «On était presque gênés», rigole son épouse.

Rien ne semble donc pouvoir perturber l’équilibre de la famille. Pas même un conseiller fédéral de fils. Ou de frère. «Je suis contente pour lui. C’est un peu comme s’il changeait de job. Le job est particulier, c’est vrai. Mais je suis tout autant fière de mon autre frère, Christophe, pour tout le travail qu’il accomplit dans l’ombre, et de mes parents pour toutes les valeurs qu’ils nous ont inculquées. Pour nous la vie continue.» Normalement. «Mercredi matin, j'avais des paiements à faire à la banque, rigole le père. Ce n’était ouvert que le matin alors j’y suis allé. Je vous rassure, je suis arrivé à temps pour l’élection de Guy!»

«Ça a été une très belle journée, poursuit-il. On n’est pas allés à Berne pour rester au calme à la maison. Résultat: j’ai à peine pu voir les images tellement il y avait d’amis et de journalistes devant moi. Tout le monde a été si sympa avec nous!» A Berne, ce «mercredi historique», Valérie Cottet l’a vécu «sur un nuage», mais dans une normalité surprenante. «Avec Caroline, épouse de Guy, sa mère et ma fille, on a pu le voir après l’élection.» Vingt petites minutes, seuls dans une salle, sans personne, sans caméras. «C’était fort. On lui a demandé comment il se sentait et puis, très vite, on a discuté comme s’il ne s’était rien passé. C’était notre Guy, simplement.»

Créé: 10.12.2015, 21h54

Articles en relation

Pour Vaud, une fierté et une chance

Perspective cantonale Le Conseil d’Etat pense que l’élection de Guy Parmelin peut aider à trouver des solutions avec l’UE et à défendre l’économie lémanique. Plus...

Guy Parmelin, les hasards d’un destin fédéral

Portrait L’ambition du Vaudois a mûri en secret. Coriace sur le fond, sage dans la forme, le voilà au défi de ne pas décevoir. Plus...

Guy Parmelin: «Je suis Vaudois mais je vais travailler pour tous les Suisses»

Conseil fédéral Interview Peu de temps après son élection, Guy Parmelin a accordé un premier entretien aux médias hier, étrennant son costume de ministre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.