Thomas Aeschi est-il trop proche de la NSA?

Conseil fédéralLe candidat de l'UDC fait désormais l'objet de multiples attaques depuis sa nomination officielle au ticket du parti.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Thomas Aeschi fait figure d'hyperfavori depuis vendredi et sa nomination dans le ticket UDC pour la succession d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral. Mais il doit aussi répondre aux attaques qui se multiplient à son encontre.

La dernière en date est venue de la Zentralschweiz am Sonntag qui révélait que le conseiller national zougois travaille depuis 2008 au sein de Booz & Company. Cette entreprise, qui a été reprise en 2014 par PricewaterhouseCoopers (PwC) et renommée PwC Strategy&, est spécialisée dans le conseil aux gouvernements. Or elle faisait auparavant partie du groupe technologique américain Booz Allen Hamilton, qui a rempli de nombreux contrats pour la National Security Agency, la désormais célèbre NSA.

Thomas Aeschi s'est voulu très clair à ce sujet. «Je n'ai jamais travaillé pour un gouvernement ou un service de renseignements étrangers. Les seules exceptions ont été des mandats pour une banque centrale et un fonds souverain», a-t-il déclaré à la Neue Zürcher Zeitung, un quotidien zurichois proche du PLR.

Des partis intransigeants

Jusqu'à présent, Thomas Aeschi n'avait jamais jugé bon de dévoiler le nom de son employeur, chez qui il remplit un mandat à 35%. Et cette réserve ne plaît pas forcément, à l'approche d'une élection pour le Conseil fédéral.

«Thomas Aeschi devra répondre à toutes les questions critiques sur son parcours professionnel lors de notre audition», a déjà prévenu le président du PDC Christophe Darbellay. Le nouveau chef du groupe PLR à l'assemblée fédérale, Ignazio Cassis, a également exigé que le candidat «donne toutes les informations à son sujet lors des jours à venir».

Le candidat favori risque donc d'avoir fort à faire pour convaincre les partis, car il traîne déjà une autre casserole. Il a en effet révélé, par le biais d'une lettre de lecteur^, l'existence d'une demande de permis de construire pour un centre de requérants à Baar (ZG). Or le traitement d'une telle demande est confidentiel et les autorités communales ont porté plainte pour violation du secret de fonction.

Créé: 24.11.2015, 15h34

Articles en relation

Le «tricket» de l'UDC ne fait pas l'unanimité

Conseil fédéral Les candidats retenus par l'UDC pour l'élection du 9 décembre ne satisfont pas l'ensemble du spectre politique. Certains rêvent d'un coup de théâtre. Plus...

Aeschi impliqué dans une procédure pénale

Enquête judiciaire Les autorités de Baar (ZG) ont porté plainte pour violation du secret de fonction après la parution d'une lettre de lecteur du candidat alémanique au Conseil fédéral. Plus...

Thomas Aeschi, un jeune ultralibéral pressé

Succession de Widmer-Schlumpf L'économiste de 36 ans connaît une carrière fulgurante. Ouvert au monde, il représente la jeune garde de l'UDC. Plus...

Thomas Aeschi candidat au Conseil fédéral

Canton de Zoug Le conseiller national UDC a vu sa nomination entérinée par la direction de la section cantonale de son parti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...