Le «tricket» de l'UDC ne fait pas l'unanimité

Conseil fédéralLes candidats retenus par l'UDC pour l'élection du 9 décembre ne satisfont pas l'ensemble du spectre politique. Certains rêvent d'un coup de théâtre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La résistance au «tricket» de l'UDC se cristallise au Parlement. Le parti a bien précisé que tout candidat non-officiel élu serait automatiquement exclu, certains rêvent encore de rééditer l'opération qui avait fait élire Eveline Widmer-Schlumpf en 2007.

Le droit à un second siège UDC au Conseil fédéral n'est pas remis en question mais le profil des trois candidats (le zougois Thomas Aeschi, le vaudois Guy Parmelin et le tessinois Norman Gobbi ) retenus ne satisfait pas, comme l'explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 24 novembre.

Un PS critique

C'est le cas du nouveau conseiller aux Etats Daniel Jositsch (PS/ZH) qui indique clairement que si aucun des candidats ne parvient à convaincre de ses compétences, il faudra aller chercher quelqu'un d'autre dans les rangs de l'UDC.

Le conseiller national Eric Nussbaumer (PS/BL) est encore plus clair, critiquant la clause d'exclusion de l'UDC. «Nous sommes libres jusqu'à la dernière seconde. Le Parlement doit pouvoir évaluer les candidats en toute indépendance.»

Des bourgeois dans l'attente

Des voix bourgeoises s'irritent également du chantage de l'UDC. «La gêne provoquée par l'attitude de l'UDC est grande au Parlement», souligne la conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH). Certains évoquent clairement la possibilité de voter pour un quatrième candidat, non-officiel. «Le processus de sélection n'est pas encore terminé.»

Le Parlement bruit de manœuvres tactiques d'autant plus que l'UDC a ajouté une nouvelle clause dans ses statuts. Un membre exclu pourrait en effet retrouver les rangs du parti si les deux tiers du groupe aux Chambres et la direction du parti tombent d'accord.

Le PLR, à l'image du nouveau conseiller aux Etats Ruedi Noser (ZH), estime que son choix se portera sur un membre du «tricket». Quant au Parti Socialiste, il compte bien auditionner des candidats mais sa sélection sera dévoilée le 1er décembre, a indiqué son président Christian Levrat.

Thomas Aeschi au feu

A ce petit jeu, celui qui fait désormais figure de grandissime favori, le zougois Thomas Aeschi, aura fort à faire. Il subit déjà des attaques féroces en tant que «marionnette de Christoph Blocher». Comme l'explique le politologue Mark Balsiger dans son blog, «avec l'arrivée de Thomas Aeschi au gouvernement, c'est comme si Christoph Blocher était aux commandes.»

Le jeune conseiller national garde son sang-froid, ne voyant rien à redire à ceux qui l'accusent d'être le protégé de Blocher comme il l'a expliqué à 20 Minuten. Et son profil ultra-libéral, également décrié à gauche, est approprié pour séduire le PLR

Créé: 24.11.2015, 10h30

Heinz Brand jette l'éponge

Il a longtemps fait figure de favori mais il ne fait pas partie de la sélection ultime de l'UDC. Le conseiller national grison Heinz Brand en tire les conclusions et annonce son retrait de la course au Conseil fédéral.

S'il se réjouit d'avoir été retenu dans un premier temps, il ne se met plus à disposition de son parti, même en cas de retrait d'Ueli Maurer, comme il l'a expliqué dans une interview parue dans la Bündner Tagblatt.

Heinz Brand, 60 ans, se dit «légèrement déçu» mais «réaliste». Il risque en effet de passer des années avant une nouvelle ouverture au Conseil fédéral.

Articles en relation

Les partis prennent acte du ticket UDC

Suisse Les autres formations gouvernementales se tiennent à couvert après l'annonce des trois candidatures UDC au Conseil fédéral. Plus...

L'UDC a choisi ses candidats, dont Parmelin

Election fédérale Le groupe parlementaire UDC a dévoilé vendredi en début de soirée le ticket de ses candidats au Conseil fédéral. Plus...

Guy Parmelin: «Je suis fier et ému»

Conseil fédéral Le Vaudois a été choisi vendredi par son parti pour représenter la Suisse romande sur le ticket UDC. Plus...

Thomas Aeschi, un jeune ultralibéral pressé

Succession de Widmer-Schlumpf L'économiste de 36 ans connaît une carrière fulgurante. Ouvert au monde, il représente la jeune garde de l'UDC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...