Les Verts veulent une économie durable et innovatrice

Élections fédérales 2015 Pour le parti écologiste, la Suisse a besoin d'une modernisation écologique et d'innovation technique plutôt que de spéculation et de gaspillage de ressources.

«La Suisse dépense plus de 10 milliards chaque année à l'étranger pour des énergies fossiles. Cet argent serait bien mieux investi en Suisse, dans les énergies renouvelables», selon Adèle Thorens.

«La Suisse dépense plus de 10 milliards chaque année à l'étranger pour des énergies fossiles. Cet argent serait bien mieux investi en Suisse, dans les énergies renouvelables», selon Adèle Thorens. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Modernisation de l'économie à l'aune de l'industrie numérique 4.0, esprit d'innovation et prise de conscience de la rareté des ressources: à quatre mois des élections fédérales du 18 octobre et juste avant la pause estivale, les Verts ont présenté lundi 29 juin à Berne les trois axes de leur campagne.

La crise du franc fort nécessite une réponse économique adaptée au XXIe siècle, selon les Verts. Plutôt que d'opter pour le dumping généralisé, la spéculation et le gaspillage des ressources, la Suisse a besoin d'une modernisation écologique et d'innovation technique. Mettre fin au gaspillage

«Nous dépensons plus de 10 milliards de francs chaque année à l'étranger pour acheter des énergies fossiles. Cet argent serait bien mieux investi en Suisse, dans les énergies renouvelables», a clamé Adèle Thorens, coprésidente des Verts. Pour eux, il faut d'urgence transformer le modèle économique qui nuit à l'environnement et menace les emplois.

Car il s'agit non seulement de mettre fin au gaspillage des ressources mais aussi de saisir la chance de l'industrie numérique dite 4.0, qui est en train de révolutionner les modes de production et qui recèle un grand potentiel d'efficience. Cette révolution, basée sur un échange d'informations énorme et organisée en réseau, est à considérer au même titre que la machine à vapeur, l'électricité et l'électronique.

Recettes néolibérales dépassées

Alors que la droite avait dans un premier temps montré de l'intérêt pour le développement d'une économie verte, elle a entretemps tourné sa veste. «Depuis la décision de la BNS d'abandonner le cours plancher avec l'euro, les partis de droite et economiesuisse ont présenté les propositions les plus absurdes, dignes du plus pur néolibéralisme», déplore Regula Rytz.

Or aujourd'hui, deux gros dossiers sont en discussion aux Chambres fédérales et influenceront directement le développement économique de demain: le tournant énergétique et la révision de la loi sur la protection de l'environnement. Pour la Bernoise, les décisions sur ces thèmes reviendront au prochain Parlement qui sera élu l'automne prochain, a-t-elle mis en garde.

Or la droite a jusqu'à présent cherché sans cesse à affaiblir la portée de ces réformes, misant selon le conseiller national zurichois Bastien Girod, sur des modèles économiques dépassés, nuisibles pour l'environnement, fondés sur le «dumping» salarial et fiscal et dangereux pour le maintien de l'emploi en Suisse avec la menace des délocalisations.

«Green-Tech Valley»

Les Verts plaident au contraire pour une «Green-Tech Valley» pour la Suisse. En 2013, les exportations liées aux technologies propres se sont élevées à près de 40 milliards de francs, a rappelé Adèle Thorens.

L'innovation est de surcroît créatrice de postes de travail. Selon Ernst Basler&Partner, les emplois dans le domaine des «cleantechs» croissent de 6,7% par an, contre 3,5% pour l'économie dans son ensemble. Ils atteignent aujourd'hui 530'000 postes de travail. Le tournant énergétique pourrait à lui seul créer environ 85'000 emplois d'ici 2035.

Lutter contre les préjugés

Interrogée sur les mauvais résultats des Verts dans les intentions de vote des Suisses à quatre mois du scrutin, Adèle Thorens reconnaît le problème: «Nous devons encore lutter contre le préjugé prégnant d'une large frange de la population pour qui l'écologie est synonyme de danger pour l'économie».

Mais, de plus en plus d'entreprises comme l'association swisscleantech, le réseau öbu pour une économie durable ou simplement des détaillants comme Migros et Coop ont déjà saisi les opportunités de la stratégie économique/écologique, selon la co-présidente. A terme, les Verts aimeraient faire de la Suisse le leader mondial de l'efficacité énergétique et des ressources. (ats/nxp)

Créé: 29.06.2015, 14h35

Articles en relation

L'UDC en tête et légère progression du PLR

Elections fédérales 2015 Si la population avait voté début juin pour renouveler le National, l'UDC, le PS et le PLR arriveraient en tête des élections, devant le PDC, les Verts et les Vert'libéraux. Plus...

Les Verts lausannois font leur campagne à domicile

Politique Le tous-ménages distribué ces jours retrace la législature presque écoulée et la succession de Daniel Brélaz. Plus...

Oui, les Verts sont encore bien vivants

Réflexion La conseillère d'Etat Béatrice Métraux défend son Parti et montre combien il est nécessaire dans le paysage politique. Plus...

Après des revers, les Verts veulent renverser la vapeur

Assemblée des Verts Les coprésidentes des Verts, Adèle Thorens et Regula Rytz, préconisent une meilleure mise en lumière des réussites du parti. Pour les votations du 14 juin, les écologistes recommandent quatre «oui». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...