Passer au contenu principal

Le vote électronique simplifie la vie des expatriés

Remplir son devoir de citoyen suisse lors d'élections n'est pas simple quand on vit à l'étranger. Le vote électronique peut aider les expatriés.

Cette année, seuls les électeurs suisses de l'étranger enregistrés à Genève, Lucerne, Bâle-Ville ou Neuchâtel pourront voter par Internet.
Cette année, seuls les électeurs suisses de l'étranger enregistrés à Genève, Lucerne, Bâle-Ville ou Neuchâtel pourront voter par Internet.
Keystone

S'inscrire au registre électoral, renvoyer le matériel de vote, s'informer sur les candidats: être un bon citoyen suisse à l'autre bout du monde n'est pas toujours évident. Le vote électronique pourrait les y aider.

«Je voterais bien, mais je n'ai pas encore reçu les enveloppes, et le temps nécessaire pour les renvoyer se réduit», écrit Stefan Heusser d'Afrique du Sud.

Celui qui vit au Cap depuis 1991 n'est pas le seul Suisse de l'étranger à manquer les élections en raison du délai. «Nous recevons beaucoup d'emails de citoyens qui souhaitent être retirés du registre électoral pour cette raison», explique la porte-parole de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE), Anne-Catherine Clément.

Question de simplicité

C'est pourquoi l'OSE se bat pour que le vote électronique soit introduit le plus rapidement possible sur l'ensemble du pays. Les Suisses de l'étranger utiliseraient ce système activement, s'ils le pouvaient, écrit l'Organisation dans une publication sur les élections.

Mais cette année seuls les électeurs suisses de l'étranger enregistrés dans les cantons de Genève, de Lucerne, de Bâle-Ville ou de Neuchâtel - soit quelque 34'000 personnes - pourront voter par Internet.

C'est le cas notamment de Virginie Pache qui vit à Haarlem, aux Pays-Bas, et de Nicolas Mollard installé à Tokyo au Japon. Tous deux sont enregistrés dans la Cité de Calvin et la voie électronique leur «simplifie grandement la tâche».

Et de rapidité

«J'ai participé à tous les scrutins fédéraux depuis mon inscription au registre électoral par internet pour des raisons de simplicité et surtout de rapidité», explique pour sa part Blaise-André Simon, installé à Sydney en Australie.

Mais l'ancien résident de Fribourg vit son premier scrutin sans la magie de la Toile. Le canton romand faisait partie du consortium dont le projet de vote électronique pour le 18 octobre a été éconduit par le Conseil fédéral pour des raisons de sécurité. Le journaliste a donc été posté son enveloppe «en priant pour qu«elle arrive à temps en Suisse».

Moins de votes

Quelque 740'000 Suisses vivent hors des frontières. Parmi eux, 580'000 ont le droit de vote. Et environ 142'000 se sont enregistrés pour pouvoir effectivement l'exercer, soit 25% de cet électorat, écrit l'OSE. En comparaison, lors des élections pour le Conseil National en 2011 la participation électorale des Helvètes vivant en Suisse s'élevait à 48,5%.

Pour Anne-Catherine Clément, cette différence du simple au double s'explique aussi par les démarches que doivent opérer les expatriés. Ceux-ci ne reçoivent pas automatiquement leur matériel de vote: ils doivent s'inscrire dans un registre électoral s'ils souhaitent participer au scrutin. Elle constate néanmoins que l'intérêt est grandissant.

Au total, le nombre des électeurs expatriés inscrits au registre électoral équivaut à 2,5% du nombre de citoyens suisses. Ce taux diffère toutefois des cantons, précise l'OSE. Genève enregistre le plus grand pourcentage avec 8,9.

Accès à l'information

Pour s'informer les citoyens aux envies d'ailleurs ont différentes techniques. Virginie Pache utilise «principalement les ressources de la RTS». Nicolas Mollard trouve son bonheur «via la presse en ligne». Et Blaise-André Simon s'informe grâce à son travail et au matériel électoral fourni par la chancellerie.

De son côté Stefan Heusser a de la peine à s'informer sur les élections depuis l'Afrique du Sud. Il n'a ainsi pas la possibilité de suivre les débats et préfère donc choisir des partis plutôt que des candidats individuels. Il se tourne également vers ses amis et connaissances restés au pays pour l'éclairer un peu.

Expatriés en campagne

Certains Suisses de l'étranger ne se contentent pas de pouvoir voter. Ils souhaitent être élus. Pour les fédérales 2015, 59 candidats figurent sur 16 listes différentes.

L'UDC en présente à elle seule 30. Elle est suivie par le PS avec 14 candidatures, le PDC avec 9 et les Verts avec 5. Le PLR aligne, quant à lui, un prétendant.

Si aucun expatrié n'a encore pu siéger au Parlement fédéral le nombre de candidats augmente de façon continue, conclut Anne-Catherine Clément.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.