Passer au contenu principal

Portrait de Corinne ChuardElle allie sa passion de l’histoire à une plume alerte

L’ancienne journaliste Corinne Chuard voit son «Histoire vaudoise, un survol» connaître un beau succès de librairie. Et ses projets ne manquent pas de mots.

Corinne Chuard devant le Parlement vaudois.
Corinne Chuard devant le Parlement vaudois.
PATRICK MARTIN

Coronavirus oblige, on lui a fixé rendez-vous à la rédaction de «24 heures» plutôt que dans un café fermé pour l’heure. Pour Corinne Chuard, c’est comme un regard en arrière: son père, Jean-Pierre Chuard, y a fait une belle carrière, terminant rédacteur en chef adjoint de ce quotidien qu’il a tant aimé avant de diriger le Centre romand de formation des journalistes. Et sa fille y a travaillé de 1997 à 2004, comme journaliste et historienne, ses deux spécialités, inaugurées par une série d’articles puis un livre sur le bicentenaire de la Révolution vaudoise. «Ça s’est ensuite un peu mal fini puisque Marcel Pasche, le directeur général, m’avait chargé de poursuivre l’histoire d’Edipresse qu’avait commencé à raconter mon père pour les 75 ans de l’entreprise dans «Une odeur d’encre». J’avais bien avancé quand le projet est tombé à l’eau. Et je me suis retrouvée au chômage.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.