Passer au contenu principal

Portrait d’Angelita TeoElle vient de Singapour tendre la main à Coubertin

Curieuse de tout, la directrice de la Fondation olympique pour la culture et le patrimoine s’émerveille de la vue depuis «son» musée et découvre la Suisse avec son épouse et leur bébé.

En poste depuis 2019, Angelita Teo proposera la gratuité du Musée olympique aux moins de 15 ans dès 2021.
En poste depuis 2019, Angelita Teo proposera la gratuité du Musée olympique aux moins de 15 ans dès 2021.
Florian Cella/24Heures

Ses lunettes embuées cachent un regard pétillant, son masque un sourire enthousiaste. Si de premier abord Angelita Teo peut donner l’impression d’être un brin réservée, il suffit de la brancher sur des sujets qui la passionnent – l’art, les voyages, la communication, la technologie, l’hiver et… la nourriture! – et elle s’enflamme.

«En moins d’un an nous étions installées dans le canton de Vaud, après, je l’avoue, avoir dû chercher Lausanne sur une carte!»

Angelita Teo

C’est d’ailleurs cet enthousiasme et une indestructible confiance en ce que le futur lui réserve qui l’ont conduite à quitter sa vie singapourienne pour les bords du Léman. «Tout s’est fait incroyablement rapidement, explique-t-elle. Au départ, je pensais que ce poste n’était pas pour moi. Mais le CIO a tout fait pour me prouver le contraire. Une fois décidée, j’ai dû convaincre ma femme, puis j’ai attendu d’avoir la bénédiction de mes parents pour accepter ce poste de directrice de la Fondation olympique pour la culture et le patrimoine. En moins d’un an nous étions installées dans le canton de Vaud, après, je l’avoue, avoir dû chercher Lausanne sur une carte!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.