Passer au contenu principal

Mafia et coronavirusEn Calabre, la lutte anti-Covid tourne à la farce

Gangrénée par la ’Ndrangheta et par l’incurie de ses responsables, la santé publique calabraise illustre le naufrage de la région face à la pandémie.

Des maires calabrais manifestent, jeudi 19 novembre à Rome, pour réclamer au gouvernement l’annulation de la dette qui asphyxie la Santé publique.
Des maires calabrais manifestent, jeudi 19 novembre à Rome, pour réclamer au gouvernement l’annulation de la dette qui asphyxie la Santé publique.
keystone-sda.ch

L’Italie est dans l’œil du cyclone Covid-19. Jeudi, la Péninsule a enregistré le plus grand nombre de victimes, 753, après les États-Unis, 1964, qui comptent six fois plus d’habitants. Plus inquiétant encore: le taux de létalité, le pourcentage de mortalité parmi les personnes positives au virus, y est bien supérieur à celui de tous les pays industrialisés. Or, si la vieillesse de la population transalpine est l’un des facteurs de cette forte mortalité, elle n’explique pas tout.

La Calabre, zone rouge pour son taux de contagion, est l’illustration du naufrage de la santé publique transalpine. En moins de dix jours, la région a perdu les trois dirigeants successivement chargés par le gouvernement de combattre la pandémie. Un drame qui a des allures de farce.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.