Passer au contenu principal

ÉditorialEn dépit des critiques, Lausanne garde le cap

Grand rendez-vous quinquennal, l’exercice du bilan de législature est arrivé et, avec lui, le moment de se lancer des fleurs. Sans surprise, la Municipalité de Lausanne, qui s’y est pliée mardi, a mis en avant ses réussites.

Lire aussi: Sept styles distincts pour un bilan commun

Dans cette rétrospective du travail accompli, les aboutissements, de même que les retards, voire les cafouillages, sont présentés comme autant de grandes réalisations. Le Centre sportif de Malley, par exemple, figure au nombre des fiertés. Les mauvais remous qui ont émaillé sa construction ont-ils empêché la tenue des Jeux olympiques de la jeunesse, internationalement reconnus? Non.

Au début du mois, la section lausannoise du PLR, dont un seul représentant siège à l’Exécutif, dressait un tout autre tableau. Le parti minoritaire n’a cure des actions vantées par la majorité de gauche. Sa gestion de l’espace public tout comme celle de la circulation en ville sont considérées comme inabouties, manquant de «vision d’ensemble» et procédant du «micromanagement».

«Une ville est faite de milliers de projets et doit être à la hauteur des grands défis comme des plus triviaux»

Ces critiques trouveront-elles leur traduction dans les urnes en mars prochain? Une ville, même si elle n’est pas une grande métropole, est faite de milliers de projets et doit être à la hauteur des grands défis comme des plus triviaux. Il y a le déploiement de grands écoquartiers, la lutte contre la drogue ou encore le plan contre le réchauffement climatique, mais aussi le rapiéçage des bâtiments scolaires qui perdent de la chaleur en hiver ou les mises à l’amende des gens qui crachent dans la rue. De quoi plaire et… déplaire.

Une certitude toutefois. L’année 2020 a révélé le collège dans sa capacité à réagir vite à la crise. Loyers annulés, sans-abri accueillis, terrasses agrandies, rallonges financières: il n’a pas fallu attendre. Même le PLR l’a implicitement reconnu lors du débat sur le budget en proposant d’ouvrir encore plus largement les cordons de la bourse.

L’équipe municipale a su montrer qu’au-delà de la gestion régulière de la cité elle peut se mobiliser avec pertinence et souplesse. Un point qu’il faut saluer sans nuance.

8 commentaires
    Bien joué

    Il y a un mois que cet article trône en tête de colonne pour magnifier les activités de la triste municipalité de Lausanne. Peut-être qu'on pourrait passer à autre chose ou si 24H. veut assurer leur promotion, payée par les abonnés ?