Passer au contenu principal

Une prestation en moinsEn quittant la Région, Prangins perd ses Vélib’

Depuis le 1er janvier, la quatrième commune du district de Nyon n’est plus dans le Conseil régional. Un premier effet est le démontage de sa station Publibike.

La station de Prangins a été démontée mardi matin.
La station de Prangins a été démontée mardi matin.
Ebinger

«Je le regrette.» Denys Chevalier, municipal de la mobilité de Prangins, a assisté mardi matin à l’arrivée des employés de Publibike qui ont démonté la station de vélos en libre-service située à côté du château. «Nous avons essayé de trouver une solution pour la maintenir, mais aucun accord a été trouvé.» Depuis le 1er janvier, la seule station de la commune a été désactivée. La borne qui permettait de louer les deux-roues a été désormais enlevée.

Le retrait de la station est la première conséquence visible du départ de Prangins de la Région de Nyon. Lors d’un référendum en mai 2019, la population avait décidé à une très faible majorité de quitter l’association de communes. Depuis le 1er janvier, la décision est entrée en force. Or c’est Région de Nyon qui a signé avec le mandataire Publibike la convention régissant le déploiement du réseau. Elle en a la gestion globale.

Pas de Région à la carte

Au mois de juillet, il semblait pourtant que Prangins pourrait toutefois maintenir sa station. Mais les négociations n’ont pas abouti. «Les communes membres de l’association ont souhaité éviter qu’on puisse choisir à la carte les prestations que la Région propose», explique Marco Ferrara, porte-parole de l’institution. Cette dernière investit une somme d’un million de francs sur cinq ans pour le réseau qui porte son nom.

L’association intercommunale donne ainsi un signal clair à l’ensemble de ses membres qui voudraient quitter le navire, suivant les derniers exemples que sont Commugny et Prangins. D’autres prestations pourraient à l’avenir être impactées. «Nous avons convenu avec la Municipalité de Prangins d’y aller au cas par cas», note Marco Ferrara. Cet hiver, par exemple, la Région de Nyon a offert la gratuité aux enfants issus des communes membres qui souhaitaient skier sur les pistes du village de Saint-Cergue. Ceux de Prangins devront payer pour profiter des installations propriété de Télé-Dôle, société en mains de Région de Nyon.

Divonne aussi touchée

La nouvelle orientation du Conseil régional a une autre incidence sur le réseau des vélos en libre-service. Depuis son inauguration, il possède une station en France voisine à Divonne. La Commune française n’est évidemment pas membre de l’institution et verra dans les prochains jours la suppression de son installation Publibike. «Il y a eu des changements politiques de l’autre côté de la frontière, précise Marco Ferrara. Les nouvelles autorités ont montré aussi moins d’intérêt pour ce service.»

La disparition des vélos à Divonne et à Prangins est une mauvaise nouvelle pour les usagers de Publibike. Toutefois, cette déception sera adoucie par l’extension en cours du réseau Région de Nyon. Dès son inauguration, ce dernier était essentiellement concentré sur l’agglomération Nyon-Gland. En 2021, la première étape de son extension a permis de faire passer le nombre de stations de 14 à 27 dans un périmètre allant de Mies à Rolle. Cette année, la seconde étape est prévue pour le densifier avec l’ouverture d’une vingtaine de nouvelles stations.

1 commentaire
    Bien joué

    Bon débarras ! Des problèmes de moins pour ceux qui ont besoin de leur voiture pour se déplacer et travailler.