Passer au contenu principal

Opération de solidaritéEn réponse au Black Friday, le Fair Friday gagne du terrain

Arrondir le montant de son ticket de caisse en faveur des démunis: trente commerçants vaudois le proposeront vendredi 27 et samedi 28 novembre.

Lancé par les librairies Payot, le Fair Friday s’exporte cette année en Suisse alémanique.
Lancé par les librairies Payot, le Fair Friday s’exporte cette année en Suisse alémanique.
Lucien FORTUNATI

Comme chaque année, les annonces pour promotions plus mirifiques les unes que les autres déferlent en prévision du Black Friday. Or depuis trois ans, sous l’impulsion des magasins Payot, des commerçants romands ont lancé une contre-offensive, encore timide il est vrai, avec le Fair Friday.

Le principe: chacun est invité à arrondir son ticket de caisse en faveur de Caritas, qui reversera ensuite l’argent récolté aux plus démunis. L’action court les vendredi 27 et samedi 28 novembre, sauf à Genève où, les magasins étant fermés jusqu’au 29 novembre, elle est prolongée jusqu’au 5 décembre.

Du livre aux chocolats

L’initiative est née en réaction à la course effrénée aux rabais de fin novembre: «Une opération mercantile qui ne s’inscrit dans aucune tradition locale», relèvent ses instigateurs. Avec la crise du Covid, cette démarche vient faire écho à d’autres apparues récemment, comme les «bons suspendus» dérivés du «caffè sospeso» napolitain. Mais cette année, le Fair Friday gagne aussi en importance. Il s’exporte désormais en Suisse alémanique, avec l’implication des 36 librairies Orell Füssli. Plus de 143 magasins participent ainsi dans tout le pays.

Dans le canton de Vaud, une trentaine des magasins joueront le jeu du ticket augmenté, une majorité de petits commerces, pour une large palette de domaines représentés: livres, habits, chaussures, beauté, objets ou meubles design, ou encore ravissement pour le palais avec un artisan chocolatier.

www.fair-friday.ch

3 commentaires
    Michèle Vive le Black Friday !

    Oui trop top mais je n’ai jamais mis le pied dans une épicerie fine . Je laisse ce ravissement aux hauts revenus.