Passer au contenu principal

CommentaireEn route pour 2021

Les enseignements de l’élection complémentaire.

Pas le temps de fêter ou de panser ses plaies après cette complémentaire. La boussole politique indique déjà clairement le printemps 2021 et des élections générales qui s’annoncent saignantes après plus de deux années de crise politique et de ras-le-bol généralisé au sein de l’électorat. Le résultat du scrutin de dimanche, aussi serré soit-il au final, ne dit pas autre chose. Il est par ailleurs riche d’enseignements.

En premier lieu, Décroissance-Alternatives a enfin su capitaliser sur ses nombreuses victoires des dernières années. On pense en premier lieu aux quatre référendums gagnants (trois sur des projets immobiliers et le dernier pour «enterrer» définitivement le projet de parking souterrain sous la place du Marché dont rêvait la droite). Le parti semble bien armé pour consolider sa position, voire davantage. La formation peut s’appuyer sur ses chefs de file, mais aussi de nombreux jeunes militants, un luxe dont la droite ne jouit pas à ce stade.

«Les outils de campagne digitaux du PLR ont fait pâle figure face à la machine à communiquer de DA»

Le PLR en particulier devra méditer là-dessus, ne serait-ce qu’au regard de ses outils de campagne digitaux qui ont fait pâle figure face à la machine à communiquer de DA. Et par les temps de Covid qui courent – qui sait où on en sera le printemps prochain –, l’atout vaut peut-être double. Décroissance-Alternatives a probablement aussi glané des voix de l’union de raison de la gauche, scellée officiellement lors de ce second tour par un PS dont les relations avec DA sont plus que frisquettes.

Un bon calcul dans l’optique de 2021, pour la gauche dans son ensemble et plus encore pour un parti à la rose en quête de stabilité après la déconfiture de 2016 et l’affaire Girardin. Autant de matière à réflexion pour la droite. Qui entrevoit une lumière dans le brouillard ambiant de ce week-end de défaite: on pouvait craindre bien pire pour l’inexpérimenté Valentin Groslimond. Il a, au contraire, bien résisté en fédérant le camp bourgeois et il faudra compter avec lui l’an prochain.

Lausanne, le 31 janvier 2017 . Karim di Matteo, journaliste. (24heures/Odile Meylan)
Lausanne, le 31 janvier 2017 . Karim di Matteo, journaliste. (24heures/Odile Meylan)
VQH