Passer au contenu principal

L’invitéEncourager la formation, une manifestation de confiance

Christophe Reymond lance un appel à un effort collectif en faveur de l’apprentissage.

Parmi les préoccupations actuelles, celles qui concernent la formation occupent une place importante. Il y a eu tant de chamboulements durant ce dernier semestre qu’il se pose de nombreuses questions.

L’une d’elles est répercutée par de nombreux jeunes qui obtiendront dans quelques jours une maturité, un diplôme de culture générale, un certificat fédéral de capacité ou une attestation de formation professionnelle: «Les diplômes décernés cet été auront-ils la même valeur que ceux des autres années?» C’est que l’enseignement s’est pour partie déroulé à distance; certains cours ont été tronqués voire annulés; les examens n’ont la plupart du temps pas eu lieu.

«La formation permet d’assurer la relève dans les métiers et d’encourager durablement la reprise économique»

On doit malgré tout se montrer rassurant. Les titres délivrés le sont sur la base de critères objectifs. Un employeur se fondera sur eux, bien entendu, mais tout autant sur les capacités personnelles du candidat.

Une autre inquiétude, plus vive, renvoie à la situation sur le marché du travail. On constate en effet que les contrats d’apprentissage ont plus de peine à se conclure que les années précédentes. La santé économique des entreprises formatrices est en cause, mais pas seulement. La demande paraît affectée elle aussi, parce que les processus d’orientation et de recrutement ont été rendus difficiles. Mais il est encore temps de changer la donne.

On notera avec plaisir que l’État de Vaud a pris des mesures pour y contribuer. Les délais pour trouver une place d’apprentissage ont été prolongés. Les jeunes qui ont opéré un choix de profession mais pas encore signé de contrat seront inscrits aux cours professionnels et bénéficieront d’un appui pour les aider à trouver une place. Les entreprises qui engagent un apprenti dès la rentrée d’août profiteront de la prise en charge de la moitié de son salaire durant la première année. Ce sont des mesures appréciables.

Un rôle déterminant

Un grand effort collectif mérite d’être réalisé. Les entreprises les moins touchées par les difficultés actuelles doivent examiner l’ouverture d’une ou plusieurs places d’apprentissage supplémentaires (le Centre patronal l’a fait). Celles qui n’en ont pas la possibilité ou l’habitude doivent à tout le moins s’ouvrir à des stages, des accueils, des présentations de leurs activités. Les explications en provenance du «terrain» sont les meilleurs adjuvants d’un processus de choix et d’orientation professionnelle.

Les entreprises auront besoin de collaborateurs qualifiés pour reconstruire l’économie performante nécessaire à notre pays. Des milliers de jeunes sont à la recherche d’un tremplin leur permettant d’entrer dans la première partie de leur vie professionnelle et la formation duale joue un rôle déterminant à cet égard. Redoublons d’efforts pour que les uns et les autres parviennent à se rencontrer.