Passer au contenu principal

Campagne électorale à LausanneEnsemble à Gauche tacle le bilan des Verts à la tête des Services industriels

Selon la coalition de la gauche radicale, les SIL sont un exemple du «maigre bilan» des écologistes lausannois.

La coalition Ensemble à Gauche, principalement composée de SolidaritéS, présente quatre candidats à la Municipalité:  Johann Dupuis (conseiller communal), Franziska Meinherz, Maimouna Mayoraz et Pierre Conscience (conseiller communal).
La coalition Ensemble à Gauche, principalement composée de SolidaritéS, présente quatre candidats à la Municipalité: Johann Dupuis (conseiller communal), Franziska Meinherz, Maimouna Mayoraz et Pierre Conscience (conseiller communal).
Vanessa Cardoso

Revenir à la normalité d’avant la pandémie du coronavirus? C’est «non» pour Ensemble à Gauche, la coalition de la gauche radicale à Lausanne. En pleine campagne des élections communales, ses candidats veulent en effet profiter de la crise pour changer le «système», lui-même cause de la pandémie et de la crise économique. Ils organisaient d’ailleurs une conférence de presse ce jeudi à Lausanne.

Outre la justice sociale, le soutien aux populations défavorisées, aux travailleurs subissant la crise et aux milieux culturels, Ensemble à Gauche fait du combat pour la biodiversité et la lutte contre le réchauffement sa priorité n°1 pour ces élections. Et la coalition tacle surtout au passage le «maigre bilan» des Verts et du Parti socialiste de la capitale cantonale.

Une ville sans voitures

«Notre bilan est simplement le plus complet. Nous avons initié le désinvestissement dans les énergies fossiles de la Caisse de pensions, nous sommes les initiants du Plan climat, nous avons exigé une décarbonisation immédiate des Services industriels de la Ville», estime Johann Dupuis, candidat à la Municipalité et au Conseil communal.

Militant pour une ville sans voitures (même si elles sont électriques), des transports publics gratuits et un retour de la nature en ville, Ensemble à Gauche estime que le Plan climat de la Municipalité n’est pas assez ambitieux. Pour Johann Dupuis, il est en plus plombé par les Services industriels, dirigés par le municipal écologiste Jean-Yves Pidoux, qui «disent ne pas pouvoir atteindre la neutralité carbone en 2030». «Les Verts sont trop lents», ajoute-t-il.

Or c’est précisément là que la Ville a «tous les leviers en main», selon les mots de Johann Dupuis, pour garantir par exemple le caractère durable de l’électricité qu’elle vend.

Budget de 65’000 francs

Côté finances, «notre budget est de 15’000 francs pour notre campagne à quatre candidats pour la Municipalité», explique Noémie Rentsch, coordinatrice de cette campagne. «Pour le Conseil communal, où nous sommes alliés avec le POP, notre budget est de 50’000 francs. Il est financé par les jetons de présence mis de côté durant cinq ans par nos élus. Notre campagne repose sur nos fonds propres.»

8 commentaires
    Logique

    J’adore quand la gauche se déchire.