Passer au contenu principal

Mobilité douceÉpilogue heureux pour le pont de la discorde

Un accord financier a été trouvé entre Nyon et Prangins. Les Conseils communaux ont voté les crédits pour l’élargissement de l’ouvrage.

Le pont de la Redoute sera démoli et reconstruit plus large afin de permettre aux piétons et aux cyclistes de l’emprunter en toute sécurité.
Le pont de la Redoute sera démoli et reconstruit plus large afin de permettre aux piétons et aux cyclistes de l’emprunter en toute sécurité.
ALAIN ROUÈCHE

Il aura fallu des années pour que les deux Communes s’entendent sur la clé de répartition des coûts du pont de la Redoute, qui relie Nyon et Prangins par-dessus les voies CFF. Suite à un accord conclu le 16 mars dernier entre les deux Municipalités, c’était au tour des organes délibérants de se prononcer en faveur de ce projet la semaine dernière. «C’est un accord qui ne ravit personne mais qui satisfait tout le monde», commente Roxane Faraut Linares, municipale à Nyon. «Chacun a lâché du lest et on peut enfin aller de l’avant», déclare son homologue de Prangins Denys Chevalier.

Le coût de démolition et reconstruction du pont de la Redoute, qui sera élargi afin de permettre aux piétons et aux cyclistes d’emprunter ce passage en toute sécurité, se monte à 2,1 millions de francs. Une convention de 1994 avait établi que Prangins prendrait le tiers du financement à sa charge (560000 francs), une fois déduite la subvention de 500000 francs des CFF. De son côté, Nyon ne devait payer que 345000 francs parce qu’elle bénéficiait de la participation de la société d’assurances Providentia (devenue La Mobilière) aux frais d’équipement. Prangins a toujours estimé que cette participation de 725000 francs ne devait pas profiter seulement à Nyon mais être déduite du total de la facture.

Finalement, l’accord trouvé conclut que Prangins paiera 75500 francs de moins que les 560000 francs prévus, et Nyon 75500 francs de plus. Lundi 22, le Conseil communal de Nyon a également voté un crédit de 800000 francs pour le réaménagement du chemin de la Redoute, qui relie la route de l’Étraz au pont. Ces aménagements bénéficieront principalement à la mobilité douce. L’agenda des travaux du pont, qui s’étendront sur huit à neuf mois, doit être revu avec les CFF.

«C’est un accord qui ne ravit personne mais qui satisfait tout le monde»

Roxane Faraut Linares, municipale à Nyon