Passer au contenu principal

Évacuation de la ZAD«Est-ce illégal de sauter sur le frein alors que le monde fout le camp dans le mur?»

Le Prix Nobel Jacques Dubochet était ce mardi à Éclépens en soutien aux zadistes, évacués par la police cantonale

Jacques Dubochet est un soutien de la première heure des zadistes. À ses yeux, ils font partie des seuls qui prennent la mesure de l’urgence climatique.
Jacques Dubochet est un soutien de la première heure des zadistes. À ses yeux, ils font partie des seuls qui prennent la mesure de l’urgence climatique.
Vanessa Cardoso

Alors que la police était à Éclépens pour évacuer la ZAD du Mormont, le Prix Nobel Jacques Dubochet s’est adressé aux zadistes. La police cantonale a relayé son message sur internet, soulignant qu’il lançait un appel à la non-violence. Mais au téléphone, lui estime que son discours est d’abord un soutien aux zadistes.

Quel message avez-vous apporté aux zadistes?

Je suis engagé avec les zadistes depuis le début de leur combat. Mon message principal, c’est que le monde fout le camp à toute allure contre le mur. Le climat est en folie et il faut corriger cela. La plupart des gens connaissent cette situation catastrophique. Mais qui en prend la mesure? Très peu de gens, alors que les zadistes portent ce combat. Seulement voilà, le monde a décidé qu’ils ne pourraient pas rester là. Mon deuxième message, c’est que nous aimerions que cette journée se passe dans le respect et la bienveillance, avec suffisamment peu de violence et suffisamment de retenue, pour qu’il n’y ait pas de dégât humain.

Est-ce la police ou le Conseil d’État qui vous ont demandé de venir parler aux zadistes?

Non, pas du tout. Ma femme et moi étions dans le coin prévu pour les touristes sur place. La police m’a demandé si je voulais faire une déclaration et je l’ai faite. La conseillère d’État Béatrice Métraux nous a proposé de discuter ensuite. Cela fait des semaines que nous discutons avec elle. L’idéal aurait été qu’Holcim se dise que «cette équipe là-haut ne nous embête pas».

À vos yeux, les choses se sont-elles bien déroulées aujourd’hui?

J’ai l’impression que ça se passe d’une manière plutôt bienveillante. J’ai appris qu’un policier s’est blessé en se coupant, mais sans que ça ait affaire avec une attaque quelconque. Alors bon, des tentes ont été écrabouillées et de la nourriture a été dispersée inutilement, mais l’action est dans l’ensemble bienveillante.

Vous avez une image d’autorité comme scientifique écologiste. Ne craignez-vous pas de vous afficher en soutenant une action illégale d’occupation?

Qu’est-ce que l’illégalité ? Il y a eu en Allemagne en 1944 des jeunes qui ont mené un attentat contre Hitler. Or ce n’est pas bien, un attentat. Mais notre monde fout le camp contre le mur, notre société ne freine pas assez vite. Ces zadistes ont compris mieux que vous et moi qu’il faut freiner. Est-ce qu’ils ont tort ? Est-ce illégal d’essayer de sauter sur le frein? Gandhi disait qu’il ne fallait pas voir dans son action une confrontation avec les forces de l’ordre, mais qu’il fallait voir les choses à trois pôles: les deux camps qui se confrontent et l’opinion publique. Ce combat au Mormont, c’est pour convaincre l’opinion publique.

53 commentaires
    Camille Claude

    Dubochet où êtiez vous pour donnez uncoup de main aux employés communaux pour débarasser les déchets non.écologiques de vos protégers ???? Assis tranquille ds votre villa bétonnée !!!