Passer au contenu principal

L’invitéeEt si on parlait de l’urgence de la transition écologique et sociale?

Feryel Kilani souligne que la ville est un levier capital pour faire face aux défis du futur.

En période d’élections, on entend beaucoup parler de stratégie politique. C’est croustillant. Chacun y va de son opinion quant au choix des Vert·e·s lausannois·e·s de présenter trois candidat·e·s pour la Municipalité. Mais l’enjeu est ailleurs: les élections communales à venir doivent être l’occasion de parler des ambitions qu’on porte pour nos villes.

Notre futur et celui de nos enfants sont en jeu et c’est au niveau communal que tout commence. Il faut accélérer la transition écologique et sociale de la ville de Lausanne pour la rendre exemplaire. La ville est notre premier levier pour faire de la lutte contre le dérèglement climatique une réalité tangible.

«Mettre en place des mesures afin que notre ville reste un lieu de vie agréable pour les générations à venir.»

Les choix que nous faisons aujourd’hui en matière d’aménagement urbain ont une grande incidence sur la façon dont nous nous adapterons au changement climatique. Ses effets se ressentent déjà en ville par le phénomène des îlots de chaleur, une température locale nettement plus élevée qui entraîne de graves problèmes de santé et de bien-être, accentués par la pollution.

Il est nécessaire de mettre en place des mesures afin que notre ville reste un lieu de vie agréable pour les générations à venir. Cela passe par la végétalisation des quartiers, l’augmentation des surfaces perméables, l’adaptation de l’architecture urbaine, la densification du réseau de transports publics et de mobilité douce ou encore la lutte contre les nuisances sonores et lumineuses.

Mais les enjeux environnementaux pour la ville ne s’arrêtent pas là. Trente-cinq pour cent des espèces en Suisse sont menacées et les efforts consentis jusqu’ici sont insuffisants pour inverser la tendance. La préservation de la biodiversité doit être une priorité: il faut protéger ce qui existe en créant dans la ville des conditions favorables à l’épanouissement du vivant. Et c’est encore à la ville qu’il appartient de promouvoir les énergies solaires, renforcer l’approvisionnement électrique renouvelable et assainir les bâtiments.

Justice et égalité

Ce n’est pas tout. La justice sociale et l’égalité sont des enjeux tout aussi importants pour la ville. En période de pandémie, aider les classes moyennes et les plus précaires n’a jamais été aussi nécessaire et la lutte pour une justice climatique ne fait aucun sens sans une égalité de droit et de fait, notamment entre femmes et hommes.

En matière d’égalité, les Vert·e·s lausannois·e·s n’ont pas attendu les élections communales 2021 pour se fixer des exigences élevées. Leur engagement a fait ses preuves avec une large majorité de femmes élues au Conseil communal en 2016, une majorité de députées au Grand Conseil et, au niveau national, une conseillère aux États et deux conseillères nationales.

Il appartiendra aux électrices et électeurs de décider s’il faut défendre avec encore plus d’ambition ces thématiques essentielles pour l’avenir de notre ville et de notre planète.

4 commentaires
    H. Giot

    L'aménagement d'une ville ne peut pas se réaliser dans la précipitation ou l'urgence !

    C'est un non sens ! Si il faut tendre vers plus de verdure et d'espace de vie , tout à fait légitime , ça ne peut se faire à coups de baguettes magiques !