Passer au contenu principal

Libre-échangeL'AELE franchit une 1ère étape avec le Kosovo

Une déclaration pour l'ouverture de négociations pour un accord de libre-échange a été signée, vendredi, avec Pristina. Schneider-Ammann a présidé la réunion à Genève.

Endrit Shala, ministre du commerce du Kosovo (à gauche) s'entretient avec Johann Schneider-Ammann.
Endrit Shala, ministre du commerce du Kosovo (à gauche) s'entretient avec Johann Schneider-Ammann.
Keystone

L'Association européenne de libre-échange (AELE), dont fait partie la Suisse, a franchi une première étape avec le Kosovo. Lors d'une rencontre ministérielle présidée par Johann Schneider-Ammann, ces pays ont signé vendredi à Genève une déclaration avec Pristina.

Première étape vers l'ouverture de négociations pour un accord de libre-échange, cet arrangement reste très général sur le souhait d'explorer les moyens de collaborer. Le Kosovo, représenté par son ministre du commerce Endrit Shala, était le seul pays de la région à ne pas en bénéficier avec les quatre pays de l'AELE.

Lors de la signature, le conseiller fédéral, qui préside actuellement l'Association, a affirmé que cette déclaration était «très importante» étant donné les liens entre Berne et Pristina. Outre la Suisse, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein font partie de l'AELE.

Accord avec l'Indonésie

M. Shala a salué de son côté auprès de Keystone-ATS une «nouvelle période dans la collaboration» avec ces pays. Il a aussi demandé au secrétariat de l'AELE de démarrer «dès que possible» les négociations sur un accord qui serait «d'une importance cruciale pour notre économie» et permettrait d'étendre le volume commercial avec ces partenaires.

A la mi-journée, les quatre Etats de l'Association devaient acter ensuite dans une déclaration l'aboutissement de l'accord de libre-échange avec l'Indonésie. M. Schneider-Ammann et les ministres norvégien du commerce Torbjørn Røe Isaksen, islandais des Affaires étrangères et du commerce extérieur Guðlaugur Þór Þórðarson et liechtensteinoise des Affaires étrangères Aurelia Frick devaient retrouver leur homologue indonésien Enggartiasto Lukita.

Pas de danger pour la production suisse d'oléagineux/b>

Quelques détails techniques doivent être clarifiés avant la signature de l'accord lui-même. La conclusion de principe révèle que les partenaires ont réussi à s'entendre notamment sur la question de l'huile de palme pour éviter une importante déforestation en Indonésie. Celle-ci avait aussi largement inquiété les producteurs de colza en Suisse qui voyaient une possible concurrence.

La production suisse d'oléagineux ne sera pas mise en danger par l'accord trouvé, estime le Département de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). L'Indonésie bénéficiera de contingents partiels avec des rabais de 20 à 40%. En contrepartie, elle devra remplir une série de conditions. Le volume d'échange commercial entre la Suisse et l'Indonésie est d'environ 830 millions de francs. Jeudi soir, les Etats de l'AELE avaient signé avec Israël des accords révisés sur les produits agricoles.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.