Passer au contenu principal

Euro 2016Les cinq choses à savoir sur la Roumanie

Groupe A - Que peut espérer la Roumanie à l'Euro? Tour d'horizon avant son match d'ouverture ce soir.

Le onze roumain lors du dernier match amical contre la Géorgie.
Le onze roumain lors du dernier match amical contre la Géorgie.
Keystone

> L'équipe

Sans brio mais à force de discipline, la sélection roumaine a réalisé un parcours honorable lors des qualifications. Avec cinq victoires et cinq nuls, le futur adversaire de l'équipe de France lors du match d'ouverture a terminé deuxième de son groupe derrière l'Irlande du Nord.

Après huit ans d'absence des grands tournois internationaux, les «Tricolorii» font leur retour avec la ferme intention d'atteindre au moins les huitièmes. La Roumanie compte quatre participations à un Euro, son meilleur résultat remontant à 2000 quand elle avait atteint les quarts de finale avant de s'incliner face à l'Italie.

> Le sélectionneur

Véritable star de l'équipe nationale, Anghel Iordanescu est considéré comme l'un des meilleurs joueurs et entraîneurs qu'ait jamais connu le pays. A 66 ans, l'ancien buteur vedette du Steaua Bucarest enchaîne son troisième mandat à la tête de la sélection nationale.

Homme très pieux, qui porte une icône sur lui en permanence, il avait au même poste déjà qualifié la Roumanie pour l'Euro 1996 et le Mondial 1998 en France. Faute d'avoir à sa disposition de grands talents en attaque, il a opté pour une tactique ultra-défensive qui a porté ses fruits.

> La star

Pas de grandes vedettes, mais deux joueurs qui méritent d'être suivis de près. Le milieu offensif Nicolae Stanciu, un novice dans l'équipe nationale mais déjà auteur de 4 buts en cinq sélections. A 23 ans, le numéro 10 du Steaua fait office de grand espoir dans le pays du légendaire Gheorge Hagi.

Autre star potentielle: le discret mais très talentueux gardien de la Fiorentina Ciprian Tatarusanu (30 ans), qui a pris seulement deux buts en 10 matches lors des éliminatoires.

> Points forts

Une défense très solide, la meilleure des qualifications. L'objectif suprême: empêcher à tout prix l'adversaire de marquer, et percuter en contre. Mais le mur a dangereusement pris l'eau lors du match amical de préparation contre l'Ukraine (3-4) fin mai, quand les hommes de Iordanescu ont encaissé quatre buts en moins de 20 minutes... Ils se sont rassurés le 3 juin en écrasant la Géorgie 5 à 1.

> Points faibles

Un jeu offensif pauvre, des contres qui tournent souvent court, faute de rapidité et de précision. Seulement onze buts marqués en qualifications, le deuxième plus faible total derrière l'Albanie.

afp/jsa

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.