Passer au contenu principal

Euro 2016La France pour écrire l'histoire

Hugo Lloris s'est présenté devant la presse déterminé, à la veille de la demi-finale de l'Euro 2016 France - Allemagne. Interview.

L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)
L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)
Rafael Marchante, Reuters
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)
EPA/ANTONIO COTRIM, Keystone
Les supporters français attendaient ce match d'ouverture avec impatience (Vendredi 10 juin 2016).
Les supporters français attendaient ce match d'ouverture avec impatience (Vendredi 10 juin 2016).
Keystone
1 / 96

Hugo Lloris, qu'est-ce qui a changé par rapport au quart de finale contre l'Allemagne que vous avez perdu au Mondial 2014 ?

Hugo Lloris:«Les sentiments que cela peut susciter sont des choses personnelles. De mon point de vue, le Mondial appartient au passé. La France a évolué, elle a grandi, pris de l'expérience, et les joueurs ont franchi des paliers dans leurs clubs. Alors on va tout simplement faire en sorte de créer l'exploit. On espère vivre un grand moment, intense.»

Presque rien ne filtre, d'un côté comme de l'autre, sur les options tactiques qui seront prises. Pensez-vous que de changer de tactique par rapport au match contre l'Islande soit quelque chose de facile à faire ?

«Cela fait un moment maintenant que l'on se côtoie, que l'on s'entraîne et travaille ensemble. Nous respecterons les choix de l'entraîneur et je peux vous dire que, quels que soient ceux qui vont jouer, tout le monde suivra car il s'agit d'une aventure collective dont on espère qu'elle se terminera de la meilleure des façons.»

Pensez-vous que ce match permettra de définir la place de cette équipe dans l'histoire du football français ?

«Jusqu'à présent, nous avons fait un très bon tournoi car nous avons évité tous les pièges. Après, c'est sûr que c'est ce genre de matches, contre les grandes nations du football, qui permettent d'écrire l'histoire, comme ont pu le faire d'autres générations auparavant.»

Est-ce plus facile de préparer une rencontre sachant que, peut-être, vous n'êtes pas les favoris ?

«On ne se pose pas cette question. On se prépare pour faire au mieux. Et, je ne sais pas si c'est parce que l'on joue dans notre pays, mais il y a cette petite étincelle tout au fond de nous...»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.