Passer au contenu principal

De France ou du Portugal, tous rêvent d’un «Jour de gloire»

Les Bleus ne veulent penser qu’au titre. Ils devront pourtant se méfier, dimanche en finale (21 h).

L’équipe de France a su, au fil de «son» Euro, faire monter la ferveur populaire autour d’elle. Elle l’accompagnera en finale dimanche au Stade de France.
L’équipe de France a su, au fil de «son» Euro, faire monter la ferveur populaire autour d’elle. Elle l’accompagnera en finale dimanche au Stade de France.
AP

«Le grand soir», «Jour de gloire», «Le moment de vérité», quelques titres trouvés dans la presse de l’Hexagone. Non pas pour évoquer la finale qui s’en vient, mais pour présenter ce qui, jeudi soir, s’apparentait encore à un immense défi: battre l’Allemagne. Maintenant que c’est fait, le danger pour la France serait de croire que le reste viendra aisément. D’une part parce que l’équipe de Didier Deschamps n’a, jusque-là, jamais complètement dominé son sujet, d’autre part parce que ce Portugal un peu miraculé sent bien que s’offre à lui une chance inouïe d’aller chercher le titre continental qu’il avait laissé filer en 2004 devant son public.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.